AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Une impression de fin du monde [PV:Drake (L)]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Une impression de fin du monde [PV:Drake (L)] Mer 24 Mar - 11:19

Christina s'était levée, ce matin-là, avec l'impression que c'était le grand jour: le jour où le ciel lui tomberait sur la tête. Cette étrange certitude l'avait poursuivie toute la journée, même si, au final, le ciel était resté bien accroché. En effet, aucune parcelle de bleu ni aucun morceau de nuage ne s'étaient décollés du paysage. Pourtant, l'irrationnelle peur n'avait pas disparu, même durant le cours de Sam, alors que la jeune femme buvait les paroles de son professeur favori. Peut-être aussi que le ciel ne tomberait pas, que ce serait le contraire. Le sol allait peut-être sauter vers lui, écrasant tout le monde... Il restait néanmoins que Chris traînait depuis son réveil un sentiment d'oppression injustifié.

La veille, tout allait bien, cependant. Christina avait passé une journée des plus normales. Elle avait été en cours, s'était emmerdée à se taper ses devoirs et elle n'était tombée que quatre fois la tête la première en faisant ses exercices de réadaptation. Rien, dans cette journée banale, n'avait laissé présager que la suivante serait teintée d'une angoisse subtile mais impossible à ignorer.

Chris n'était pas du genre à laisser un trouble stupide gâcher totalement sa journée. Elle avait fait comme si de rien n'était, comme si le bleu ne menaçait pas de quitter les hauteurs pour venir l'écraser. Bien sûr, elle n'avait pas pu ignorer complètement la sensation de sa cage thoracique qui se compressait, mais elle avait essayé de ne pas y accorder une grande importance. Elle s'était dit qu'il y avait des journées, comme ça, où une émotion essayait de prendre le contrôle sans réelle raison. Par contre, une partie de la jeune femme n'avait su résister au besoin de chercher sans cesse la cause de ce sentiment étouffant. Inconsciemment, son regard avait scruté chaque personne, cherchant si l'une d'elles pourrait être la coupable. Son corps s'était tendu au moindre bruit suspect et son sourire s'était terré on ne sait où toute la journée.

Il arrivait parfois à Chris d'avoir une impression qui ne la lâchait pas, mais c'était plutôt rare, un peu comme tout le monde. Qui n'a jamais eu un mauvais pressentiment? La jeune femme espérait d'ailleurs que, comme pour la plupart des gens, l'émotion qui ne voulait pas se taire n'avait pas lieu d'être.

À la fin des cours, elle avait rejoint Sam à son bureau. Ils se rencontraient très rarement à l'université, car ils étaient conscients des dangers d'être découverts. Toutefois, ce jour-là, ils avaient fait une exception, car la plupart des professeurs avaient une formation spéciale et seraient absents de l'aile où se tenaient leurs bureaux. Le professeur Harwood avait usé de ruse pour se libérer et voir sa douce. Christina s'était donc mise toute belle pour cet homme qui refusait de la voir comme une simple handicapée. Elle portait un chemiser rouge par-dessus une camisole noire, lesquels étaient assez ajustés pour mettre ses formes en valeur. Une jupe noire qui lui allait jusqu'aux genous et des souliers de la même teinte complétaient l'ensemble. Christina avait depuis longtemps décidés qu'inertes ou pas, ses jambes méritaient d'être bien habillées. La jeune femme ne portait qu'un seul bijou: le collier que Sam lui avait donné. Il s'agissait d'un pendentif en argent de la forme de la lettre S, devinez donc pouquoi... Chris ne le quittait jamais. À ses amies, elle disait que c'était un souvenir de famille, une relique que sa mère aimait savoir sur elle. Après tout, personne ne la connaissait depuis assez longtemps pour savoir que c'était totalement faux.

Christina s'était donc abandonnée à Sam Harwood pendant quelques heures, oubliant la terre entière ou, du moins, faisant un immense effort pour ne penser à rien d'autre que le corps de l'homme qui l'aimait tendrement. Elle y avait laissé son rouge à lèvres et sa coiffure en avait pris un sacré coup. Christina avait rapidement recoiffé ses cheveux et vérifié que ses vêtements étaient parfaitement en place avant de quitter furtivement le bureau de son amant, un peu plus joyeuse qu'elle l'était en y entrant.

C'est dans un couloir assez éloigné de l'aile des professeurs que Chris remarqua le grincement. Son fauteuil faisait encore des siennes... Elle devrait s'en occuper le soir même. Dans le couloir silencieux, puisque les cours étaient terminés depuis un bon moment, le bruit de cette roue récalcitrante avait quelque chose de lugubre et d'un peu sordide. Un peu plus et il aurait inquiété la jeune femme. Seulement, celle-ci avait l'habitude que son éternel moyen de transport se plaigne lorsqu'elle négligeait de s'occuper de son mécanisme pendant trop longtemps. Agacée par le bruit, Chris accéléra, pressée de rentrer pour faire taire l'imbécile à roulettes qui semblait lui crier de surveiller le ciel qui ne cessait pas de la menacer depuis le matin.

Il lui restait quelques mètre à franchir avant de changer de couloir, mais elle n'en eut pas l'occasion. Le ciel lui tomba sur la tête. Son inconscient avait essayé de l'avertir toute la journée, mais elle l'avait ignoré et voilà que, maintenant, elle se retrouvait seule, face à Drake Burton qui venait de tourner le coin pour prendre le couloir où elle était. Sous le choc, elle ne put que se figer. Son fauteuil continua d'avancer vers le jeune homme, emporté par son élan. Les grincements s'espacèrent pour cesser alors que Christina s'immobilisait exactement devant celui qu'elle aurait voulu ne pas revoir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: Une impression de fin du monde [PV:Drake (L)] Jeu 29 Avr - 14:26

Le ciel, dans son cas, lui était déjà tombé sur la tête il y avait de cela trop longtemps. Il était tombé à une rythme surprenant, en synchronisme parfait avec une Christina qui tombait de ses deux pattes. Il avait eu l'impression que tout son monde avait chamboulé, que la terre avait changé d'orbite et s'étais mise, en même temps, à tourner de l'autre sens. Si au moins de tourner de l'autre sens avait pu reculer le temps, Drake aurait pu essayer de trouver ce qu'y était arrivé pour qu'elle le laisse, pour qu'elle lui refuse tout contact à nouveau. Comment pouvait-elle mettre fin à cette relation si subitement alors que tout semblait bien aller, juste avant. Oui, elle avait eu cet incident, qui se trouvait à être un accident, mais Drake avait bien fait comprendre qu'il se fichait qu'elle n'ait plus de jambes à se servir, que ce qui lui importait, à lui, c'était de savoir que elle, elle l'aimait autant que lui. Mais non, elle ne l'aimait pas autant, voire beaucoup moins. Depuis ce temps, il aurait aimé arrêter de penser à elle, mais c'était plutôt impossible. Ça, au moins, il l'avait accepté; d'oublier l'amour de sa vie en quelques jours n'était pas normal et encore moins faisable, alors il vivait avec, sans toutefois se sentir bien. Son envie de voir ce sentiment disparaître était vraiment très forte, mais il préférait laisser le temps faire ses choses, tout en se créant un bouclier très puissant autour de lui. Tant qu'il penserait encore à elle, et peut-être encore après, personne ne toucherait son coeur à nouveau. L'accessibilité était fermée, une serrure très résistante empêchait l'amour d'y pénétrer, une serrure dont même Christina ne possédait pas la clef, Drake non plus. Elle était perdue quelque part, elle s'était volatilisé, tout comme sa bien-aimée.

Sa journée avait été aussi ordinaire que toutes les autres, ennuyante, démoralisante. Comme toujours, son petit bonheur et son désir d'être heureux était disparut dès qu'il s'était réveiller. Il faut aussi dire que rien n'était là pour l'aider, à savoir une collocataire des plus bizarre, Leah Carere, qui essayait sans cesse de le rendre minuscule, mais il jouait aussi bien qu'elle. Ensuite, Cedrik Manners, un autre coloc, pas très sociable, qui semblait se plaindre continuellement mentalement du fait qu'il soit homosexuel. Puis l'autre, Malcom quelque chose, qui jouait au meilleur. Tout le monde le laissait faire, sachant qu'il avait l'air des plus ridicules. Vous comprendrez qu'avec des colocs comme ça, la journée commençait d'un très mauvais pied.

Son dernier cours, «Processus de la communication humaine», avait été des plus ennuyant. Comme si Drake n'avait pas déjà été assez... comblé.. avec le cours «Communication: Théories et modèles», voilà qu'il avait l'occasion d'avoir la suite de ce cours. L'ennui était mortel, mais rien comparé à la réunion de groupe qu'il avait eu ensuite. Ça avait duré beaucoup trop longtemps et le Harris avait eu la tête autrepart tout le long. Puis quand on l'avait finalement laissé partir, il avait rapidement ramassé tous ses trucs et se précipitait vers l'extérieur. Une fois les quatre étages descendues, à pied, il se rua vers son casier question d'y laissé les livres qu'il n'avait pas besoin. Mais, il n'y arriva pas, le coin qu'il franchit, le couloir dans lequel il s'aventurait détruit l'espace que Drake avait réussit à faire entre le ciel et sa tête. Un regard lourd pèsait sur lui, c'était facile à sentir. Une seul coup d'oeil plus haut, il croisait le regard de Christina. Avoir été sur roue, il se serait arrêté lui aussi, mais il ne pouvait pas. Il continua son chemin, passa derrière elle et ouvrit sa case. Elle s'était naturellement arrêté tout juste à côté. Il y fourra les trois livres qu'il avait en main et resta le regard perdu dans l'enfer noir de sa case, silencieux. Puis il osa tourner le regard vers elle, il était plein de méchanceté et de rage. Les yeux légèrement plissés, il la défiait plus que jamais, il cachait ses problèmes derrière la barrière qu'il s'était toujours créé au cas où il la verrait à nouveau.


-C'est quoi le problème, tu crois voir un revenant? Désolé, je ne me suis pas tué quand tu m'as quitté, t'étais pas si importante.


Hj: Je m'excuse Shocked
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: Une impression de fin du monde [PV:Drake (L)] Jeu 27 Mai - 22:56

[HJ: Tu t'excuses de quoi? De toute manière, t'es trop sexy pour que je t'en veuille.]

La mort n'était pas la pire des choses, selon Chris. Le noir, le vide, ce n'était rien, au fond. Les vivants souffraient bien plus que les morts. Son père, d'où il était, s'en voulait-il autant qu'elle que la plus jeune des Carter soit morte sous les yeux de toute la famille? Christina n'avait rien pu faire. Elle avait choisi sa mère, sans réfléchir. Le fusil s'était pointé sur la pauvre femme et sa fille s'était jetée sur elle pour la protéger. Elle aurait pu prévoir que la prochaine victime serait sa soeur et la mettre à l'abris en premier. Bien sûr, elle ne regrettait pas d'avoir sacrifié ses jambes pour sauver sa mère et elle ne savait pas si elle devait croire qu'un enfant méritait plus de vivre qu'un adulte. Toutefois, la douleur au fond des yeux d'une mère qui perd son enfant ne disparait jamais. Mme Carter n'apprendrait jamais à aimer à nouveau la vie alors que la moitié de son avenir s'était éteint subitement. La petite aurait pu surmonter le chagrin de perdre sa mère et Christina n'aurait pas eu à endurer le reproche silencieux que lui adressaient les pupilles de sa mère à chaque fois qu'elle plongeait les yeux dans les siens: pourquoi ne pas avoir pensé à sa soeur?

Et s'il n'y avait eu que le deuil. Voir la mort écraser la lumière dans les yeux de sa mère alors que l'homme qu'elle avait aimé venait de faire s'écrouler son univers aurait pu être supportable. Sentir le vide étouffant du silence qui, autrefois, était comblé par les rires d'une toute petite fille pleine de joie aurait pu devenir un peu moins horrible. Refouler toute la haine envers son père aurait peut-être même été moins difficile. Seulement, il n'y avait pas eu que la mort pour briser la vie de la famille Carter. Il y avait eu la honte, aussi. Tellement de honte. D'abord, il y avait eu ce dégoût, cette pitié déguisée en gentillesse chez presque tous les gens qui se disaient amis de la famille. Ils voulaient les aider, les soutenir... Les juger. Elles étaient devenues un drame en elles-mêmes. Puis, il y avait eu ces regrets silencieux, jamais partagés ni entre la mère et sa fille, ni avec n'importe qui d'autre. Comment se pardonner de ne pas avoir compris avant, de ne pas avoir deviné à temps? Elles croyaient connaître un homme merveilleux, mais il s'était détruit au point de vouloir tout éteindre autour de lui... Et elles n'avaient rien vu.

Drake avait été là... Il avait été la seule personne à ne pas devenir qu'une image du passé alors que l'horreur s'était abattue sur la famille Carter. Tous les autres s'étaient éloignés, avaient brisé leur image de parfaits amis pour la remplacer par une armure d'indifférence. Sans lui, Christina aurait eu peur de devenir comme son père, mais Drake l'avait aidée à trouver la force d'avancer et de continuer à vivre. Elle avait survécu, après tout. Il ne lui servait à rien de se laisser mourir de honte et de douleur.

Le temps avait passé et Drake avait semblé... différent. Chris s'était alors mise à réfléchir. Elle ne pouvait pas lui imposer ce genre de vie. Il méritait mieux qu'une femme brisée, physiquement et psychologiquement. Elle ne voulait pas le forcer à endurer les regards chargés d'une fausse sympathie envers la pauvre fille en chaise roulante qui se baladait avec le beau jeune homme, trop beau pour quelqu'un comme elle. Il devait être son frère, non? Christina savait qu'elle peinerait encore longtemps à faire confiance à la vie, à arrêter d'avoir peur que son univers bascule encore d'un seul coup. Drake devait-il l'empêcher de sombrer à jamais? Non. Il lui fallait une personne digne de lui, pas un poids pour s'accrocher à son coeur comme on étreint un ours en peluche lors un orage. Un orage qui ne s'arrêterait pas. Alors, elle lui avait fait croire qu'elle ne l'aimait plus. Il pourrait donc se refaire une vie... Non?


-C'est quoi le problème, tu crois voir un revenant? Désolé, je ne me suis pas tué quand tu m'as quitté, t'étais pas si importante.

C'était comme si on lui tirait dessus une nouvelle fois.

-Je... Je pensais juste ne pas te croiser...ici...

Elle n'avait même pas la force d'essayer de cacher qu'elle n'était pas totalement insensible à sa méchanceté ouverte. Christina baissa d'ailleurs les yeux, incapable de soutenir le regard de Drake.

-Donc, tu étudies ici...?

C'était une faible tentative d'avoir une discussion civilisée avec lui, comme si elle ne savait pas qu'elle lui avait fait du mal, comme si elle croyait qu'ils seraient capables de se parler après la manière glaciale dont elle avait mis fin à leur relation. Elle aurait dû partir, mais son corps ne lui obéissait plus. Attendait-il qu'elle ose enfin s'excuser?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: Une impression de fin du monde [PV:Drake (L)] Mar 6 Juil - 0:27

La relation, pour lui, avait été parfaite, même si elle comportait le nouvel élément de la chaise roulante. Il ne s'agissait pas d'un poids, ni même d'un léger fardeau, c'était simplement quelque chose qui avait essayé de se mettre à travers leur chemin que Drake avait chassé d'un coup de main. Il s'en était toujours fiché qu'elle ait perdue l'usage de ses jambes, qu'elle doive se promener sur des roues que Monsieur s'amusait très souvent à pousser. Il n'avait jamais eu l'impression de lui rendre service en la poussant ou quoi que ce soit, c'était parreil que s'il marchait normalement, c'était logique et normal, une habitude qu'il avait rapidement prise. Elle n'avait jamais été derrière lui pour l'entraîner dans les abimes, elle lui avait montré le chemin depuis le début, même s'ils l'avaient perdu en cours de route.

Il s'en était foutu, il avait accepté très facilement la situation et il avait tout prévu. Peut-être était-ce cela qui avait brisé leur couple, Drake qui planifiait constamment tout. Il avait décroché des contrats dans deux pièces, en même temps et déjà, il se voyait comme une superstar, c'est là qu'il avait songé à son couple, planifiant l'avenir. S'il était assez populaire, il pourrait les faire vivre tous les deux. Elle le suivrait dans les différentes villes où il irait, ils auraient une grande maison quelque part où ils pourraient profiter d'être seuls aussi. Il s'y était vu heureux, jusqu'à ce qu'elle vienne tout briser.
Peut-être n'avait-il pas été assez là?

De la revoir ici était des plus pénibles. Il tentait de passer par dessus l'épreuve depuis plutôt longtemps, mais il s'était trop engagé sentimentalement. Il avait laissé la fiction prendre le dessus sur sa réalité et il s'y était perdu. Il ne comprenait pas totalement pourquoi il portait autant d'attention à elle, mais il le faisait et s'il ne lui en portait aucune, ça le blessait encore plus. Encore aujourd'hui, elle semblait resplendissante, elle agissait comme si les roulettes ne lui dérangeaient pas, elle devrait bien s'y faire un jour.

La conversation avait débuté plutôt sèchement. Pour un futur communicologue, Drake n'était pas particulièrement doué lorsqu'il s'agissait de ses propres situations de communication. Il aurait dû éviter le conflit, éviter de la provoquer et de lui crier : JE MENS, MAIS FAIS COMME SI C'ÉTAIT VRAI CE QUE JE DIS!
Il n'avait absolument aucun talent, lorsqu'il s'agissait d'elle.


-Je... Je pensais juste ne pas te croiser...ici...

Il resta silencieux, c'était déjà une très bonne amélioration contrairement à l'insulter ou la provoquer à nouveau.

-Donc, tu étudies ici...?

Non, absolument pas. En fait, je me promène ici, parce que j'adore ça être dans les couloirs d'un université. Tu sais, j'ai toujours été un petit loup solitaire qui ne demande que la tranquillité alors je suis certain qu'ici, je ne croiserai personne.
Mais quelle conne!


-Apparemment

Il se fichait de savoir si elle étudiait ici ou non. Il se doutait fortement, lui, que oui, mais il ne lui demanda pas, il ne voulait pas avoir de réponse positive à la question. La croiser plusieurs fois serait absolument pénible, à moins de changer d'université.
Le silence s'éternisa un peu trop, comme toujours, depuis leur séparation. Ils n'avaient rien à se dire, parce qu'ils ne voulaient rien se dire.
Elle s'était mise particulièrement jolie aujourd'hui, comme si une occasion spéciale s'était présentée. Elle avait l'habitude de bien savoir s'habiller, mais là, elle en avait mis un peu plus. D'ailleurs, ce collier... c'était quoi?


-C'est quoi ça, 'S'? T'as un nouveau copain?

Un oui, et il explosait la tête à tous ceux qui se trouveraient près de lui dans les prochaines heures. Un non, il en serait presque déçu. Étaient-ils destinés à être célibataires toute leur vie?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: Une impression de fin du monde [PV:Drake (L)] Mer 6 Oct - 0:26

[Ah tiens...je l'avais oublié, celui-là. :P]

Christina avait bien remarqué l'attitude positive de Drake envers son fauteuil roulant, mais elle n'avait jamais voulu y croire. Ce n'était pas une question de confiance en lui ou quelque chose du genre. Il s'agissait plutôt de l'insidieuse impression que personne ne pourrait l'aimer normalement maintenant qu'elle était handicapée. Chris savait que Drake l'aimait avant le drame mais, ensuite, elle avait commencé à douter. Peut-être restait-il avec elle seulement pour honorer son rôle de parfait petit ami. Drake Harris était une personne valeureuse et c'était suffisant pour soutenir la fille qu'il avait aimée alors qu'elle traversait une période extrêmement difficile de sa vie, même dans le cas où il aurait cessé de l'aimer. La théorie de la pitié avait aussi frôlé l'esprit de la jeune fillepour finalement laisser la place à la première, qui collait vraiment mieux à ce qu'elle connaissait de son petit ami de l'époque. La tragédie qui avait coûté la mobilité de Chris l'avait changée plus que physiquement. Elle était devenue plus fragile, moins positive et pimpante. Ce changement avait été difficile à accepter pour la jeune fille et elle avait essayé de l'ignorer, avant de se mettre à le combattre farouchement. Christina Carter avait survécu et elle était encore capable de s'en sortir. Seulement, l'impression d'être un fardeau pour tout le monde était plus forte que sa volonté et, avec son besoin de chasser la fragilité naissante dont elle ne voulait pas, la jeune fille avait commencé à développer une tendance à vouloir tout contrôler. Ainsi, elle avait décidé à la place de Drake qu'il serait mieux sans elle et elle l'avait laissé sans s'expliquer trop clairement.

Le fait d'avoir un petit ami ne dérangeait pas la jeune femme, maintenant, même si elle peinait encore à croire qu'on puisse la prendre pour un humain à peu près normal. Si un homme s'approchait d'elle, il le faisait en sachant qu'elle était handicapée. Drake n'avait pas pu faire ce choix, le handicap de sa petite amie lui avait été imposé. Il s'était comporté plus que parfaitement, mais Chris, qui était très déstabilisé et fragile, avait déformé ses intentions avant de le sortir de sa vie, bêtement, comme s'il n'avait pas vraiment compté, alors qu'il avait été le premier, le plus grand, le plus...

Se retrouver dans ce couloir, avec Drake, était très étrange. Le temps l'avait un peu changé et, en dehors de ce regard noir au fond triste qui trouait son visage, il était devenu encore plus séduisant. Les paroles amères qui avaient brûlé l'air autour de Chris ne faisaient qu'accentuer une vague inquiétude qui se répandait dans tout son corps. Même après ce temps, même alors qu'il se montrait plus odieux qu'il ne l'avait jamais été, Drake était assez important pour s'attirer l'attention de son ancienne copine. Où était passé celui qui avait été son soleil? Et, le reste du temps, quand il ne croisait pas une ex en fauteuil roulant, avait-il l'air si sombre? Oh, ce n'était pas de ses affaires, bien entendu, mais Chris se le demandait tout de même.


-Apparemment

La jeune femme soupira et baissa le regard. Vraiment, il ne l'aidait pas, mais elle ne pouvait pas l'en blâmer. Après tout, elle l'avait laissé tomber alors qu'il avait tout fait pour la rendre heureuse, même alors que tout le monde ou presque l'avait abandonnée ou oubliée. Elle l'avait éloigné d'elle et, aujourd'hui, elle jouait les gentilles, comme si elle avait arrêté de se demander si elle n'avait pas commis une erreur immense en repoussant la seule personne qui l'avait empêchée de sombrer avec tout son univers.

-C'est quoi ça, 'S'? T'as un nouveau copain?

Les yeux de Chris s'arrondirent d'eux-mêmes avant qu'elle ne puisse les contrôler alors qu'une de ses mains remontait jusqu'à son collier. Sam... Pendant un instant (!), elle avait totalement oublié son existence. La jeune femme leva les yeux vers Drake, incertaine de ce qu'elle devait lui répondre. Elle ne pouvait pas lui servir les mêmes conneries qu'à ses amies, car il saurait qu'elle mentait. Bien sûr, le jeune homme allait savoir que le bijou ne venait pas de la famille de Christina, mais la jeune femme comptait surtout sur sa propre difficulté à mentir à Drake pour la trahir. Elle devrait donc lui dire la vérité... Pourquoi se sentait-elle si mal?

-Oui... Je l'aime beaucoup.

Pourquoi avait-elle eu besoin d'ajouter cette phrase? De quoi se protégeait-elle tellement?
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

* * * * * * * * * * * *



MessageSujet: Re: Une impression de fin du monde [PV:Drake (L)]

Revenir en haut Aller en bas

Une impression de fin du monde [PV:Drake (L)]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Union Life :: Hors-Jeu! :: Les Archives :: RPs non terminés-