AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Je sais, je suis aussi bon qu'un génie [PV Emyria] [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Je sais, je suis aussi bon qu'un génie [PV Emyria] [TERMINÉ] Jeu 15 Avr - 17:55

Voilà qui l'amusait énormément. Vous savez, il y a de ces journées où tout va particulièrement bien, où tout est fantastique et où vous avez l'impression que la vie est faite pour vous et qu'elle vous souris pour une fois, c'est d'ailleurs ce genre de journée qui fait rayonner votre charme et qui vous permet de faire ce dont vous avez envie. Ce genre de journée qui vous donne envie de sourire tout le temps et où vous croyez que même un attentat terroriste contre vous ne réussirait pas à enlever ce pétillement dans vos yeux. C'est exactement comme cela que se sentait le jeune serveur aujourd'hui. Il avait commencé la journée anormalement bien, il n'avait eu aucune vision nocturne, ni de cauchemar, s'était réveillé après une nuit courte mais très reposante, avait eu de l'eau chaude dans sa douche ce matin. Il était sortit sur la terrasse encore en pyjama, c'est-à-dire en pantalon de dodo et c'est tout, puis avait profité du soleil très réchauffant d'une matinée qui annonçait que de la joie. Puis voilà qu'il avait commencé son travail alors que le nombre de clients était très limité ce matin contrairement à l'habitude. Puis il y avait eu cette cliente, cette jolie rousse qui s'était pointée au restaurant pour déjeuner et dont Jason s'était empressé d'aller voir. Elle n'était pas à une des tables qu'il tenait, mais avait persuadé l'autre serveur de s'en occuper. Il lui avait donc servit son déjeuner tout en profitant de l'occasion pour lui faire du charme, lui qui était si beau ce matin, comme toujours. Mais cette femme aussi était magnifique et extrêmement sexy et Jason, comme on le connait, était incapable de résister à cela.

-Tu sais, je suis venue seule.

-Ça tombe bien, ma chambre a moi est.. commune.

Voilà qui était des plus clairs. Il n'y avait pas eu trop de niaiseries, exactement ce que le manipulateur avait envie aujourd'hui. Il n'avait même pas eu à se servir de son pouvoir! Il fit alors pression pour terminer plus tôt. Il savait qu'il était très bon à son travail et que son absence pourrait rendre les choses difficiles, mais il y avait si peu de clients pour l'instant qu'il se permettait de le demander, presque de l'exiger. On lui indiqua alors de garder son cellulaire sur lui au cas où sa présence serait nécessaire. Il pria que les clients restent dans leurs lits ce matin, manquant le déjeuner et alla retrouver la rousse. Sans hésiter, ils montèrent au troisième étage, là où la chambre de l'invitée se trouvait et, le traînant par le collet, elle l'emmena dans sa chambre en le poussant sur son lit. Ce déterminisme l'excitait énormément. Il passèrent directement à l'acte, oubliant totalement les préliminaires si inutiles.

Cela prit un certain temps, assez long d'ailleurs, avant que Jason ne sorte de cette chambre d'où la température semblait être montée de plusieurs degrés. Torse nu, ceinture mal attachée et nu pied, il se dirigea vers la salle de bain avec sous le bras le reste de ses vêtements. Il savait que l'étage était habituellement désert à cet heure-ci alors ce n'était pas un problème pour lui de se promener si.. dénudé et dévoilé. Et même s'il y croisait quelqu'un, peut-être ne ferait-il qu'en profiter encore plus? Les toilettes, c'est pas mauvais comme endroit.

Une fois arrivé, il laissa ses vêtements sur le comptoir et alla faire ses petits besoins dans l'urinoir. Au même moment, quelque chose d'étrange lui passa par la tête, se rappelant à quel point il trouvait tellement répugnant quand deux mecs se parlaient tout en jouant avec leurs objets urinaires. Ça, c'était très dérangeant. Quand il allait faire pipi, il exigeait la paix, voilà tout. Une fois cette bulle passée, il se la secoua puis se dirigea vers les éviers. Étant probablement l'un des plus propres de l'hôtel, il avait cette habitude, lui, de se laver les mains. Pas seulement pour éviter la grippe, simplement par propreté. C'est donc en utilisant ce savon à saveur de 'explosion de pèches' que ses yeux dérivèrent vers un objet brillant qui attira son attention. Quelqu'un, probablement un mec pour être ici, avait oublié un objet personnel et probablement précieux ici. Sur le comptoir, près du miroir, une jolie bague argentée traînait là, tout bonnement. S'essuyant les mains sans quitter le bijoux des yeux, il l'attrapa aussitôt. La grandeur semblait plutôt bonne et il la mit automatiquement dans son annulaire. La grandeur était parfaite et c'est avec un sourire très satisfait qu'il porta sa main devant lui pour admirer cette jolie chose. Était-il assez moral ou non pour la rapporter aux objets perdus? Hummm.... vous le connaissez assez pour le savoir non?


[Je sais, c'est n'importe quoi XD ahahah. Mais je suis fatigué et des détails bizarres étaient marrants à cet heure-ci]


Dernière édition par Jason Badley le Mer 7 Juil - 10:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: Je sais, je suis aussi bon qu'un génie [PV Emyria] [TERMINÉ] Jeu 15 Avr - 18:00

Emyria avait eu le chic de tomber sur une *maison* qui n'en faisait qu'à sa tête. Les génies normaux résidaient dans des objets plus...statiques que la bague d'Emyria. Lorsqu'ils n'avaient pas de maîtres, les génies restaient dans leur maison-objet, laquelle attendait joyeusement que quelqu'un la trouve. Celle de la jeune génie ne lui avait jamais accordé ce plaisir: elle disparaissait. La bague changeait d'endroit si personne ne la trouvait après un certain temps. Le pire, c'était qu'elle tombait généralement sur des lieux où personne ne penserait à chercher une bague: un four, le moteur d'une voiture, au sommet d'un sapin... Le petit anneau avait aléatoirement atteri sur les pires lieux, ce qui justifiait qu'une fois encore, Emyria avait été emprisonnée pendant près de vingt ans.

Heureusement, ce jour-là, la bague avait *choisi* le comptoir d'une salle de bain publique. Les chances qu'on la trouve étaient donc bien meilleures que la veille, alors qu'elle reposait sur un clou qui dépassait d'une planche sous la terrasse de l'hôtel. Depuis que l'ancien maître d'Emyria avait décidé de se débarrasser d'elle en laissant la bague dans sa chambre à l'hôtel, l'anneau n'était pas apparu à un meilleur endroit que ce comptoir.

Quand Jason mit la bague, il fallut quelques secondes à la magie pour agir. Après tout, il y avait un bon moment qu'elle n'avait pas été portée. Soudain, une fine fumée mauve se mit à émaner de la bague en s'intensifiant au fil des secondes, jusqu'à complètement entourer le jeune homme. Puis, le mauve se dispersa rapidement pour laisser apparaître une femme.

Emyria avait fermé les yeux pendant quelques secondes, le temps de prendre conscience du lieu et, surtout, de l'époque où elle était. *Presque vingt ans...Les choses ont changé depuis toutes ces années.* Il ne fallut pas beaucoup de temps à la génie pour acquérir un savoir optimal sur l'époque et elle fut heureuse de constater que ce qu'elle portait était encore à la mode. *Les petites robes noires sont intemporelles.* En effet, la robe d'Emyria était totalement noire, d'un tissu ni trop lustré ni particulièrement mat. Elle laissait voir un peu de ses cuisses sans trop en montrer et, pour le décolleté, c'était le même principe. Ses cheveux était détachés et un tout petit peu décoiffés à cause du voyage de sortie de la bague, ce qui lui donnait un air assez sexy.

*Maintenant, la découverte du maître...* Emyria était toujours angoissée de rencontrer un nouveau maître. Elle en avait connu de tous les types et, à chaque fois, les même craintes revenaient. La jeune femme avait peur que son maître ne l'aime pas, qu'il commence à la maltraiter psychologiquement avant même de savoir qu'elle était son esclave. Le fait de ne pas aimer celui-ci ne lui faisait pas peur, car elle avait l'habitude: ses maîtres ne lui attiraient jamais une grande sympathie, puisqu'ils détenaient une liberté qu'ils ne seraient jamais prêts à lui offrir. De plus, elle savait que, même si elle était portée à les détester pour des raisons logiques, sa nature de génie la forçait toujours à leur trouver quelque chose d'attachant. Un génie n'avait jamais le choix: il respectait son maître.

La jeune femme ouvrit les yeux et commença à sourire avant même de voir son maître. *Il faut toujours faire une bonne première impression.*


-Bonjour, m...aî...tre.

Son sourire avait cédé la place à un air totalement incrédule. *Pourquoi est-il à moitié nu?* Il fallait dire que le spectacle lui plaisait bien. C'était la première fois qu'Emyria avait un maître avec un physique aussi avantageux. *Ça fait changement...* La jeune femme ne put empêcher un petit sourire de se dessiner sur son visage en contemplant son nouveau maître. Même s'il s'avérait aussi désagréable que ses anciens *propriétaires*, il aurait au moins l'avantage d'être doux pour ses yeux.

Emyria s'aperçu que la perfection de Jason l'avait empêché de parler pendant plusieurs secondes, ce qui était très mauvais. Généralement, quand on apparait au beau milieu de fumée colorée et qu'on appelle un parfait inconnu *maître*, on se doit de s'expliquer.


-Eh bien...Bravo. Vous avez désormais votre propre génie...comme dans les contes, vous savez?

La jeune femme avait pris un ton léger et elle avait relevé les yeux du (magnifique) corps de son maître pour le regarder dans les yeux. Elle espérait sincèrement qu'il ne serait pas trop bouleversé ou, pire, trop enthousiaste de posséder sa propre esclave magique.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: Je sais, je suis aussi bon qu'un génie [PV Emyria] [TERMINÉ] Jeu 15 Avr - 18:01

Un dilemme des plus important et grave faisait rage en ce moment dans la tête du jeune fou. Il y avait tant de possibilités, mais il ne s'était arrêté qu'à deux seules pour se permettre soit d'être gentil, soit égoïste. Question de se donner raison, il fit semblant mentalement d'essayer de se convaincre que son choix n'était pas déjà prit et qu'il pouvait changer d'idée à la dernière seconde. Mais quiconque conaissant Jason sait très bien que dès qu'il avait été question de oui ou non, sa réponse était choisie presque aussitôt, peut-être même avant et qu'elle ne changerait pas.

Il restait donc là, la main devant lui à contempler l'objet de valeur qu'il portait au doigt. C'était plutôt joli, discret, masculin à la fois. Il était plutôt rare qu'il ose porter des bijoux sauf peut-être un collier parfois, lorsqu'une envie très pressante lui prenait, mais cette fois-ci, il pourrait peut-être s'y faire de façon plus régulière, après être sortit d'ici, ici étant l'hôtel. Si la bague avait atterit ici, c'était qu'elle appartenait à quelqu'un et de l'exhiber pour se vanter auprès de tout le monde de posséder un bijou de valeur était le meilleur moyen d'attirer l'attention du propriétaire.
Vous devinerez donc que son dilemme était réglé, il gardait la bague! [oui oui, aussi long pour une réponse déjà connue de tout le monde sauf de lui].

C'est alors que l'hallucination la plus hallucinante qu'il n'ait jamais eue surgie. Malgré qu'il ait déjà fumé beaucoup de drogue en une seule fois, qu'il ait déjà bu beaucoup d'alcool ou alors fait beaucoup de sexe en une soirée [puisque ça semble être un facteur hallucinogène maintenant], jamais il n'eut ce genre d'illusion. Une fumée beaucoup trop bizarre et mauve fit irruption devant et autour de lui. Il s'en retrouva complètement submergé et crût qu'il allait s'évanouir tellement il avait l'impression qu'il était sur un 'trip' de drogue. Pourtant, il ne se rappellait pas avoir prit quoi que ce soit. Puis ce à quoi il ne pouvait s'attendre aucunement arriva. Après avoir fermé les yeux et les avoir réouvert quelques secondes plus tard, la fumée avait complètement disparue et cette, très jolie et très sexuellement attirante femme se retrouva devant lui. Là, il trouvait qu'il en avait prit vraiment du bon pour aller jusqu'à voir cette femme. Il se frotta rapidement les yeux, question de peut-être découvrir quelque chose de nouveau au risque que ce soit encore pire, mais non, elle était encore là.

Il prit évidemment le temps de la regarder très lentement de haut en bas. S'il s'imaginait la voir, autant en profiter puisqu'il doit bien s'agir d'un de ses fantasmes. Elle avait de grandes jambes minces et une [bon, probablement deux] cuisse très jolie de ce qu'on pouvait en voir. Peut-être ne faisait-elle pas d'entraînement, mais la perfection de ses proportions montrait un exercice régulier ou alors une chance incroyable. La robe s'arrêtait là, là où il n'était pas nécessaire qu'elle soit. Après tout, pourquoi devait-elle en porter? Mais il ne s'en préoccupa pas, remarquant ses bras faient sur le même modèle que ses jambes. Sa poitrine, pas immense mais généreusement incroyable était trop peu dévoilée mais très attirante. Puis, son cou, mince, ne demandait qu'à recevoir de baisers sensuels tout comme ses lèvres légèrement pulpeuses. Ses yeux, intenses et à la fois moqueur laissait la curiosité emporter les futurs intéressés. Et sa chevelure extraordinaire, même si naturellement dépeignée lui donnait un air sexy et provocateur.

Puis le mirage parla, laissant croire que Jason était devenu encore plus fou que prévu, ou alors il comprenait encore moins. Peut-être est-ce que cela était réel? Peut-être que oui, peut-être qu'elle existait pour vrai et que s'il ne lui parlait pas il parraîtrait pour plus fou qu'il était. Il essaya donc une réaction mais aucune ne lui vint naturellement. Il restait figé là, totalement dans l'obscurité de la compréhension et à la regarder. Il essaya finalement un sourire et l'écouta parler de nouveau. Elle parlait de géni, comme une folle un peu, mais l'idée était originale. Puis la vérité lui fonça en plein visage, ses yeux s'agrandirent et un petit éclat de lumière les éclaira, son sourire se fit plus grand, un peu... obsédé et son corps prit naturellement une pose plus décontractée, naturelle, Jasonneste.


-Je viens de comprendre. Sérieusement, bravo, c'est la première fois qu'on me la fait celle-là. Et je dois avouer que j'aime beaucoup ça. Qui t'as engagé? Christopher peut-être? Ah non, il ne m'aime pas et il est gay... Viktor alors? Certainement pas. Je sais! La petite fille...... Éloise! C'est elle qui t'as engagé pour me draguer, faire avec moi tout ce que je veux pour que j'aille ensuite la voir et combler ses désirs à elle. Elle est géniale!.... Alors, comment ça fonctionne avec toi? Tu fais ton truc et je te laisse faire ou alors j'ai le droit de faire des cochonneries moi aussi?

*C'est certainement la plus belle p*te que j'ai vu et eue!*
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: Je sais, je suis aussi bon qu'un génie [PV Emyria] [TERMINÉ] Jeu 15 Avr - 18:03

Emyria remarqua que son maître la regardait avec un air très étrange. Il devait lui faire le coup de celui qui rêve. Celui-là, la génie l'avait connu de nombreuses fois. Elle avait dû, à chaque fois, convaincre son nouveau maître qu'elle était bien réelle. Toutefois, aucun d'eux ne l'avait regardée aussi inlassablement. Était-il en train de l'imaginer nue? Après tout, cela n'aurait pas été la première fois que quelqu'un le faisait... La jeune femme connaissait l'effet que son apparence pouvait avoir sur les hommes (et certaines femmes). Elle en avait connu les conséquences un peu trop souvent... Le pire, c'était qu'elle était d'une perfection naturelle. Bien sûr, en tant que génie, elle ne vieillissait pas au même rythme que les humains, ce qui lui donnait un avantage certain mais, pour le reste, la magie n'était pas en cause. Les génies pouvaient être laids, gros, maigres, poilus...comme les humains.

En voyant le regard de Jason s'animer, Emyria fit l'erreur de croire qu'il avait tout compris. Elle s'avança donc vers lui en commençant à lui tendre presque professionnellement la main, mais elle s'arrêta en voyant son sourire. Il y avait quelque chose de pervers dans l'expression du visage de Jason qui troubla Emyria. Commençait-il déjà à envisager les possibilités qui s'offraient à lui? Souvent, quand un humain possédait un génie, toute sa gentillesse s'évaporait et une soif intense de pouvoir prenait possession de lui. Emyria l'avait vu trop souvent et, à chaque fois, elle avait essayé de raisonner son maître, ne récoltant que des injures et, parfois, des coups. Pourtant, rien ne lui faisait plus de mal que voir son maître s'enfoncer dans la douleur, aveuglé par le besoin de tout posséder et tout contrôler. La plupart du temps, ses maîtres s'étaient détruits à cause du pouvoir qu'elle leur offrait et Emyria n'arrivait pas à se défaire de son sentiment de culpabilité. Chaque nouveau maître était une chance de se prouver qu'elle pouvait faire le bien. Échouerait-elle encore avec celui-là?


-Je viens de comprendre. Sérieusement, bravo, c'est la première fois qu'on me la fait celle-là. Et je dois avouer que j'aime beaucoup ça.

Emyria ne comprenait rien. De quoi parlait-il? Au fond, il n'avait peut-être pas compris...

-Qui t'as engagé? Christopher peut-être? Ah non, il ne m'aime pas et il est gay... Viktor alors? Certainement pas. Je sais! La petite fille...... Éloise!

-Personne ne m'a engagée...je suis juste...moi?

La jeune femme devait avoir l'air aussi perdue que Jason lorsqu'elle était apparue. Elle ne saisissait rien de ce qu'il racontait. Pourtant, pour lui, tout avait l'air tellement clair.

-C'est elle qui t'as engagé pour me draguer, faire avec moi tout ce que je veux pour que j'aille ensuite la voir et combler ses désirs à elle. Elle est géniale!.... Alors, comment ça fonctionne avec toi? Tu fais ton truc et je te laisse faire ou alors j'ai le droit de faire des cochonneries moi aussi?

*Cochonneries?* Emyria resta plantée là, sans rien dire, pendant plusieurs secondes en essayant de mettre ses idées en ordre. Visiblement, ce mec la prenait pour une prostituée. Ce qu'elle n'était pas. Enfin, pas vraiment... Quand elle couchait avec un de ses maîtres, ce n'était pas contre de l'argent. La génie ne pouvait simplement rien leur refuser. C'était dans sa nature d'obéir, même si les ordres la dérangeaient ou la dégoûtaient.

-Ok...euh...Premièrement, je ne suis pas une prostituée.

En avait-elle l'air? Pendant un instant, Emyria se posa vraiment la question. Elle n'avait pas l'impression d'être habillée, coiffée ou maquillée comme une prostituée. Était-ce alors autre chose, dans son regard ou son attitude? Mal à l'aise, la jeune femme peinait à garder son sourire de génie bien élevée. Son nouveau maître était peut-être seulement un peu dérangé ou obsédé par le sexe au point de s'imaginer des filles de joie là où il n'y en avait pas.

-Je suis une vraie génie et je peux vraiment exaucer tous tes voeux...Enfin, presque. Il y a certaines restrictions mais, dans l'ensemble, je peux t'offrir ce que tu veux.

La jeune femme s'interrompit en réalisant qu'elle partait un peu vite sur les informations complémentaires. Elle n'avait pas laissé à son nouveau maître le temps de réaliser ce qui se passait vraiment. Peut-être ne croyait-il même pas en la magie...

-Donc, je suis une génie, qui fait de la magie, et qui t'appartient jusqu'à ta mort.

Emyria n'avait pas spécifié que son maître pouvait, en tout temps, se défaire de la bague et abandonner son génie. Elle ne voulait pas déjà lui donner d'idées. Si servir une autre personne n'était pas de tout repos, rester enfermée pendant des années était bien pire. De plus, la belle jeune femme était assez sensible sur ce point. Elle ne supportait pas de sentir que son maître ne l'aimait pas.

-J'ai conscience que ça peut avoir l'air un peu, beaucoup, tiré par les cheveux. Alors...

La suite de la phrase d'Emyria ne fut pas en paroles mais en gestes. Gracieusement, elle bougea une main et la salle disparut pour laisser la place à une belle plage dorée, l'espace d'une dizaine de secondes, juste le temps de laisser la chaleur du soleil et du sable ainsi que l'odeur de la mer prouver que ce n'était pas une simple illusion. Puis, tout revint à la normale. Le plancher retrouva sa froideur, le soleil cessa de caresser les deux jeunes gens de ses rayons et l'odeur redevint celle de produits nettoyants pour les salles de bains.

-Convaincu, mon cher maître?

La malice était revenue dans le regard d'Emyria.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: Je sais, je suis aussi bon qu'un génie [PV Emyria] [TERMINÉ] Jeu 15 Avr - 18:05

ou alors j'ai le droit de faire des cochonneries moi aussi?

Le silence de la prostituée laissa présager que Jason s'était peut-être trompé, même s'il était sûr que non. Après tout, si quelqu'un détenait bien la vérité dand ce monde, c'était certainement... euh, bon d'accord, c'était Facebook, mais Jason étant adepte de Facebook détenait lui aussi toute la vérité. Donc, qu'elle le veuille ou non, la femme sexie, désirable et particulière qui se dressait ^[ouin Jason, on sait à quoi tu penses!] devant lui était une putain, c'est tout.

-Ok...euh...Premièrement, je ne suis pas une prostituée.

Ah non? Elle n'en n'était pas une? Voilà qui était vraiment, mais alors là vraiment très décevant. Parce que, même s'il venait tout juste d'être très satisfait, Jason en avait toujours à revendre, particulièrement quand la personne à qui il faisait conversation pouvait ressembler à Ça, à elle. D'accord, elle n'avait pas le look conventionnel d'une prostituée, mais c'était exactement cela qui la rendait différente. De parraître si classe et si femme à la fois était beaucoup plus intéressant, excitant qu'une vieille aînée de joie qui traînait là, sur le bord de la rue à attendre la première voiture à moitié démolie dont le conducteur pourrait s'intéresser à elle, ou plutôt à ses services.

-Je suis une vraie génie et je peux vraiment exaucer tous tes voeux...Enfin, presque. Il y a certaines restrictions mais, dans l'ensemble, je peux t'offrir ce que tu veux.

*Hey, mais t'es folle, t'as pas compris encore que les génie ça existe pas? Et si oui, ça porte des vêtements de bohémienne avec une pierre précieuse dans le front, c'est tout*

-Donc, je suis une génie, qui fait de la magie, et qui t'appartient jusqu'à ta mort.

-Et moi je suis quelqu'un qui ne croit pas du tout à tout le tralala que tu tentes de raconter. Sérieusement, je te croyais pleine d'imagination avec le truc de la fille classe, mais t'en a peut-être un petit peu trop. Je préfère, et de loin, le rôle de la femme mariée qui trompe son mari à celui de la génie qui éxauce tous les voeux. Quoi que... c'est assez intéressant, mais j'aurais préféré le mot désirs, c'est plus relié à ton champ de savoir.

La prenait-il encore pour une prostituée? Toujours! Après tout, rien ne disait le contraire. D'accord, elle l'avait dit, mais seulement avec les paroles qu'elle avait dites après, elle s'était contredit. Exaucer tous les voeux, comme si cela n'avait aucune allusion au sexe! Il n'allait pas tomber dans le paneau, elle ne lui passerait pas un sapin c'est pas vrai! Comme si ce n'était pas assez, elle rajouta d'ultimes paroles pour tenter de convaincre Jason de tomber dans le piège et croire à une vraie génie, mais non, il n'était pas question. Elle voulait être une putain, alors elle se devait de jouer le rôle que Badley lui imposait, celui de la femme-riche-mariée-qui-trompe-son-mari-dans-les-toilettes-publiques-alors-que-le-mari-attend-impatiemment-sa-femme-avant-d'aller-déjeuner. Contre toutes ses attentes, ou du moins une bonne partie, Jason se retrouva soudainement sur une plage, ses pieds nus trempant dans le sable chaud, ses narines s'excitant à l'idée de la mer salée et son esprit s'excitant davantage à l'idée d'y retrouver la p*te en maillot de bain. Malheureusement, ce n'était pas le cas et alors qu'il commençait réellement à apprécier l'endroit, tout disparut pour redevenir en salle de bain. Les yeux gros comme des ballons de foot, Jason s'approcha très rapidement d'Emyria, l'attrapant par les deux bras et un air un peu, joyeusement trop obsédé sur le visage.

-Oh mais c'est génial! C'EST GÉNIAL! Non seulement t'es pas une p*te, mais t'es une vraie génie! WAAAAAAAAAAAAAAA! Oh mon dieu, ammene-moi à nouveau sur la plage, je t'en pris, j'en peux plus de cet hôtel après avoir vécu la plage!!! ALLLEZZZZZZ !!!!! PLeazzze!

Son manque de sexe se transforma soudainement en manque très puissant de plage, mais surtout en manque de voeux. Il avait vraiment tout ce qu'il désirait? TOUT? Alors là il allait en profiter au maximum, il ferait tout ce qu'il voudrait, quand il voudrait, mais vraiment tout!

-Mais si j'ai le droit de souhaiter à peu près tout ce que je veux, j'ai un nombre de voeux limité ou pas? Parce que, dans les livres, c'est trois voeux et je ne voudrais pas me faire piéger! Et si j'ai le droit de faire à peu près tous les voeux, j'ai le droit de souhaiter pouvoir faire tous les voeux que je veux sans exception?

Le voilà qui était soudainement partie dans une lancée dramatique de tout ses rêves devenus réalité. Il avait une certaine peur en même temps, mais dans le passé, en écoutant des films ou en jouant des jeux avec des génies qui n'exauçait que trois voeux, il s'était déjà préparé mentalement à faire le voeux de pouvoir faire tous les voeux qu'il voulait. Et maintenant que ce qu'il imaginait dans son enfance était réalité, il voulait faire ce voeux à tout prix. Puis, passant son regard de haut en bas, il vérifia à nouveau Emyria dans ses détails. Il avait peut-être le droit de souhaiter qu'elle aille l'apparence de la femme de ses rêves. Il vérifia donc mentalement à quoi devait ressembler la femme idéale, mais ne trouva pas vraiment d'image. Il préféra donc améliorer son génie. Cheveux? Bonne longueur, bonne couleur.. c'est bon. Visage? Belle texture de peau, menton de bonne forme, nez tout juste assez petit, yeux bien découpés et d'une jolie couleur, lèvres légèrement pulpeuses mais juste correctes, tout était bon. Poitrine? La grossir d'avantage serait presque décevant. Grandeur? C'était bon. Cuisses? Bonnes cuisses juste assez musclées et fines à la fois, désirables... humm...
Son air habituel se plaqua à nouveau sur son visage, la bouche très légèrement entrouverte, ses yeux se perdant dans le corps de la femme et son sourcil droit se relevant légèrement, presque dérangé et montrant à la fois ses.. désirs.


-Tu sais que, t'es vraiment parfaite physiquement?

Que voulez-vous? Un Jason, c'tun Jason!
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: Je sais, je suis aussi bon qu'un génie [PV Emyria] [TERMINÉ] Jeu 15 Avr - 18:14

[HJ: Juste pour te faire chier, je te réponds tout de suite.]

-Et moi je suis quelqu'un qui ne croit pas du tout à tout le tralala que tu tentes de raconter. Sérieusement, je te croyais pleine d'imagination avec le truc de la fille classe, mais t'en a peut-être un petit peu trop. Je préfère, et de loin, le rôle de la femme mariée qui trompe son mari à celui de la génie qui éxauce tous les voeux. Quoi que... c'est assez intéressant, mais j'aurais préféré le mot désirs, c'est plus relié à ton champ de savoir.

Emyria était presque vexée. Comme si une fille comme elle avait besoin de se prostituer! De plus, son corps était loin de paraître défraichi, comme ceux de ces femmes usées qui se vendaient à n'importe qui pour quelques grammes de dépendance. Mais bon, son nouveau maître avait peut-être un problème de vue ou encore un problème mental. Qui sait, peut-être avait-il les deux? C'était bien son genre, à elle, de tomber sur un maître vide de tout talent... Bon, il fallait avouer que, visuellement, il n'attirait pas la pitié. Son nouveau maître était fort magnifique avec son corps qui semblait parfait, son visage où était plaqué cet air sexy et ses yeux au regard...indescriptible.

La génie pensait que son explication était claire mais, une fois de plus, le jeune homme lui prouvait le contraire. Il n'y avait pas à dire: il était vraiment obsédé par cette histoire de prostitution. Soit il était en manque de sexe, soit il était un genre de pervers aux idées toujours louches. Emyria aurait été étonnée du premier cas: à moins de s'imposer lui-même l'abstinence, un mec aussi beau ne pouvait passer ses nuits tout seul. Pour ce qui était de la deuxième option, la jolie génie préférait ne pas y penser...

Emyria fut tout de même satisfaite en constatant que son maître n'avait pas l'air de croire qu'il rêvait quand elle le transporta sur une plage. S'il lui avait fait ce coup, elle aurait peut-être perdu patience. Il y avait une certaine limite à se moquer des gens, non?


-Oh mais c'est génial! C'EST GÉNIAL! Non seulement t'es pas une p*te, mais t'es une vraie génie! WAAAAAAAAAAAAAAA! Oh mon dieu, ammene-moi à nouveau sur la plage, je t'en pris, j'en peux plus de cet hôtel après avoir vécu la plage!!! ALLLEZZZZZZ !!!!! PLeazzze!

*Enfin, il dégèle...* Emyria soupira, se sentant soudainement moins tendue. L'étape du déni était passée et c'était toujours un moment qu'elle détestait. Convaincre une personne de son existence n'était jamais une partie de plaisir. C'était à la fois ridicule et humiliant. La génie finissait toujours par en venir à donner des preuves sous formes de tours de magie, sinon elle ne s'en sortait pas. Une fois de plus, prouver son pouvoir avait été la seule bonne solution pour que son nouveau maître cesse de nier ce qu'elle était.

Incapable de résister au besoin de faire plaisir à son maître, Emyria les ramena sur la plage en haussant les sourcils avec amusement.


-Tu la veux déserte ou remplie de...prostituées?

La belle fit un clin d'oeil complice à son maître en espérant qu'il était de ceux qui appréciaient l'humour. Dans le cas contraire, maintenant qu'il avait compris qu'elle lui appartenait, elle le paierait bien assez vite.

-Mais si j'ai le droit de souhaiter à peu près tout ce que je veux, j'ai un nombre de voeux limité ou pas? Parce que, dans les livres, c'est trois voeux et je ne voudrais pas me faire piéger! Et si j'ai le droit de faire à peu près tous les voeux, j'ai le droit de souhaiter pouvoir faire tous les voeux que je veux sans exception?

-Pas besoin de le souhaiter, tu as déjà un nombre illimité de voeux. Tu peux souhaiter presque tout ce que tu désires, sauf quelques exceptions. Je ne peux pas contrôler les sentiments des gens, même si je le peux pour leurs actions... Je ne peux pas ramener des gens à la vie. Je suis très capable de tuer, par contre. Mes pouvoirs sont très étendus et ils surpassent beaucoup de ceux des autres êtres magiques.


Énumérer ainsi les restrictions et possibilités de ses pouvoirs était facile et automatique. La dernière partie était beaucoup plus dérangeante. Emyria l'avait déjà dit, rapidement, espérant éviter de le préciser, mais sa nature docile la forçait à bien répéter à son maître à quel point elle lui appartenait.

-Et..euh...Tu peux me demander n'importe quoi, n'importe quand, n'importe où... Je ne te refuse rien. Je suis à toi jusqu'à ta mort...ou la mienne, mais je suis plutôt indestructible alors...

C'était peut-être sa moitié humaine. Les génies normaux étaient généralement heureux de leur situation, se contentant d'obéir et servir jusqu'à la fin des temps. Aucun ne rêvait de liberté ou, si oui, aucun n'en avait jamais parlé ouvertement. Les génies étaient heureux d'appartenir à un maître et ils finissaient toujours par l'aimer, même s'il était atroce. Emyria, toutefois, n'était jamais parvenue à adorer un maître aussi pleinement que les autres génies, réussissant toujours à se garder une certaine distance, malgré une tendance assez marquée à le défendre, le justifier ou même à tout faire pour le rendre heureux. La moitié humaine d'Emyria expliquait un peu cette différence, cette envie de libre arbitre, de mainmise sur son destin...

Emyria fixait son cher maître alors qu'il la regardait avec un air de...prédateur? On aurait dit qu'il calculait combien de viande elle valait. La génie eut un vague malaise de se sentir ainsi évaluée. Au fond d'elle, elle ne pouvait pas s'empêcher d'espérer être appréciée de son maître, même sur un sujet aussi superficiel que son apparence physique. D'un autre côté, elle détestait ce regard évaluateur sur son corps. Cependant, les années lui avaient appris à se taire et, surtout, à ne rien reprocher à ses maîtres.


-Tu sais que, t'es vraiment parfaite physiquement?

Soulagement. Indignation. Gêne. Joie? Emyria ne savait pas comment se sentir. Elle opta pour la reconnaissance, seule réaction appréciée par tous ses anciens maîtres.

-Merci, maître.

[i]On lui avait aussi appris à ne jamais cesser d'appeler son maître par son titre, sauf s'il demandait le contraire. Boooonne Emyria. Ce qu'elle était bien dressée![/
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: Je sais, je suis aussi bon qu'un génie [PV Emyria] [TERMINÉ] Jeu 15 Avr - 18:17

Et voilà, il était partit pour une seconde ronde. Alors qu'elle venait tout juste de lui montrer la plage, le soleil chaud, le sable encore plus chaud, ils étaient revenus dans leur pièce d'origine et Jason s'en trouva presque fâché. Mais au lieu de jouer au bébé qui boude et qui commence à pleurer pour avoir ce qu'il veut, il eut la réaction d'un autre style d'enfant. Il se jeta presque sur SA génie, étant presque prêt à se mettre à quatre pattes devant elle pour qu'elle accepte de le rammener à cet endroit. C'était si bon quelques secondes auparavant, la plage ne semblait pas en être une à laquelle les autres personnes avaient droit d'accès, elle l'avait probablement créé de ses pouvoirs magiques, comment une plage comme celle-là pourrait-elle exister dans le commun des mortels? Si un tel endroit avait la chance de 'réellement' exister, l'endroit n'aurait pas été si désert, à moins de l'ammener sur une île déserte?

Le soupir qu'elle échappa lorsqu'il réussit enfin à croire qu'elle était génie le gêna presque. Oui, il avait quand même été dur d'orreil, mais il faut tout de même comprendre la situation. Même possédant des pouvoirs magiques, Jason n'avait jamais crû à toutes ces histoires de génie, de lampe magique... ou de bague magique, de voeux et bla bla bla, bla bla bla. Peut-être les loups-garoux existaient-ils aussi alors? Et toutes les autres créature? Pouvaient-elles être réelles? Pour certaines, il espérait fortement que non, mais pour d'autres, il espérait fortement que oui. après tout, plusieurs jolies créatures faisaient leur apparition dans les contes. Mais si elles n'existaient pas, Jason pouvait probablement souhaiter qu'elles existent non?

Elle lui fit une blague, que Jason eut un peu de mal à prendre. Il savait qu'elle ne disait cela que pour plaisanter, mais c'était un peu comme si elle se moquait de sa situation. Autant elle se moquait du fait qu'il n'avait pas cru en sa véritable identité avant un long moment, autant elle riait du fait qu'il ait autant l'air d'un obsédé. Par contre, elle l'avait rammener sur sa plage, alors il acceptait tout de même de comprendre qu'elle tente une petite blague. Il se contenta de sourire un peu, jouant le plus franc possible, accompagné même d'un petit son comme s'il riait pour vrai. Il regarda les environs, admirant à nouveau la vue autour de lui, mais plus lentement cette fois-ci. Il avait tout le temps qu'il voulait ici? Autant en profiter. L'avantage avec cette histoire, c'était qu'il pourrait bronzer à longueur d'année sans aller dans les cabines de bronzage, le genre de chose qui ne l'intéressait pas.


-Ah, mais si tu ne peux pas contrôler les sentiments, moi je le peux alors on n'a pas de problèmes, mais je ne peux pas rammener à la vie non plus.

À son tour, il rigola un peu. Il y avait si peu de gens que Jason rammènerait à la vie s'ils mourraient, et les personnes n'étaient pas dans cet hôtel. Il ne connaissait personne personnellement, alors il n'avait pas d'attachement assez fort pour souhaiter la résurection de quiconque. Les autres paroles qu'elle prononca laissaient envisager beaucoup de choses, vraiment beaucoup. Pour quelqu'un d'obsédé comme Jason, il était évident qu'il ne pouvait penser à autre chose qu'à cela en entendant ces paroles. Le petite switch qu'Émyria avait mise à Off en l'ammenant ici venait de se remettre en position habituelle, encore à cause d'elle. La switch était tellement puissante qu'il ne put s'empêcher de la regarder de haut en bas, attentivement, bien attentivement. Il lui fit un de ses commentaires pervers auquel elle ne répondit que très peu. Elle ne savait pas comment réagir et ça parraîssait.

-Alors, si tu me jures que la plage est déserte, et que j'ai le droit de souhaiter tout ce que je veux.... Je souhaite alors que tu aies le désir de faire l'amour ici, avec moi.

En formulant le voeux de cette façon, il était assuré que ça ne la choquerait pas non? Après tout, elle aurait le désir de coucher avec lui, et Jason en serait ravis lui aussi. Dans ses restrictions, elle n'avait pas dit que les voeux ne fonctionnaient pas sur elle, alors y avait-il un problème?

-Désoler, mais quand je vois une femme comme toi, c'est le genre de chose que je ne peux pas m'empêcher.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: Je sais, je suis aussi bon qu'un génie [PV Emyria] [TERMINÉ] Jeu 22 Avr - 23:54

Au fond, les hommes étaient tous les mêmes; les années l'avaient prouvé à Emy. De maître en maître, elle avait fait l'expérience de la bêtise humaine à son plus vil niveau: celui du pouvoir. Avoir la possibilité de souhaiter presque n'importe quoi ramenait chaque personne à ce qu'elle était vraiment si on lui laissait la plus grande liberté. Généralement, ce n'était pas beau à voir. La vengeance, la violence, l'excès, le contrôle sur tout... Rares étaient les maîtres qui exigeaient des choses simples ou même des choses positives. Bien sûr, certains essayaient, au début, de faire le bien, de se donner bonne conscience. Ils distribuaient les gentillesses, demandaient à leur génie d'accorder des voeux à des gens qu'ils aimaient ou même à des inconnus. Seulement, ils finissaient tous par succomber; le mal est toujours plus fort que le bien. Il arrivait un jour où ils franchissaient la mince ligne qui les séparaient encore de ceux qui n'avaient plus espoir de redevenir bons. Bien sûr, tout ne se faisait pas qu'en un seul voeu, mais il y en avait toujours un qui marquait le début de la réelle contamination d'une personne par le pouvoir d'avoir tout ce qu'elle voulait. Après celui-là, on ne pouvait plus revenir en arrière.

Emyria avait assisté à la perte de beaucoup de maîtres. Elle avait essayé de les conseiller, mais ils ne l'avaient pas écoutée. D'ailleurs, certains lui avaient même ordonné d'arrêter d'essayer de les influencer ; naturellement, elle n'avait pu qu'obéir, assistant tristement à leur déchéance. Généralement, posséder un génie conduisait à la mort, ou encore à la folie. Plusieurs des maîtres d'Emyria s'étaient enlevé la vie, trop étouffés par les remords ou les regrets. On dit qu'avec de grands pouvoirs viennent de grandes responsabilités... Malheureusement, certaines personnes s'en rendent compte trop tard, alors que les souvenirs deviennent plus fort que l'avenir.

D'échec en échec, la jeune femme avair commencé à considérer chaque nouveau maître comme un damné, une victime de ses pouvoirs. Elle n'en était pas venue jusqu'à s'en vouloir à elle-même, car elle comprenait qu'elle n'avait aucun choix à faire. Ses maîtres choisissaient. Ils prenaient toujours, au final, les mêmes décisions destructrices, mais ils gardaient leur libre arbitre. Emyria n'était pas responsable. Au fond, elle était plutôt une victime, elle aussi, parce qu'elle s'attachait bien souvent à ces gens qui la traitaient en esclave. Après tout, qui aurait-elle pu avoir d'autre? Et on ne peux pas vivre sans aimer.


-Ah, mais si tu ne peux pas contrôler les sentiments, moi je le peux alors on n'a pas de problèmes, mais je ne peux pas ramener à la vie non plus.

*Merde. Il est magique.* Emyria n'avait eu que très peu d'être magiques comme maîtres, mais aucun n'avait été une belle expérience... et c'était surtout dû au fait qu'elle avait la constante envie d'égorger tout ce qui était magique. Heureusement pour Jason, Emy était sa génie. La vie du jeune comptait donc cent fois comme celle de son esclave, ce qui le mettait plutôt à l'abris de sa folie meurtrière. Oui, elle avait déjà tué, mais jamais un de ses maîtres. Il y avait en elle le besoin d'éliminer chaque être magique, comme sa mère l'avait fait durant toute sa vie. Toutefois, servir son maître était un besoin plus fort, une condition à sa vie, un peu comme respirer, mais en plus étouffant. Mélanger ces deux parties d'elle-même serait, une fois de plus, plutôt épuisant et douloureux, mais elle ne pouvait pas faire autrement: il était à la fois ce qu'elle détestait le plus au monde et ce qu'elle devait chérir plus que tout.

-Alors, si tu me jures que la plage est déserte, et que j'ai le droit de souhaiter tout ce que je veux.... Je souhaite alors que tu aies le désir de faire l'amour ici, avec moi.

Emyria leva les sourcils, amusée du voeu de Jason. Il n'était, naturellement, pas le premier maître à profiter au maximum de la jolie génie, mais aucun avant lui n'avait eu la délicatesse de formuler son souhait de cette manière. S'il continuait ainsi, il deviendrait son maître favori de tous les temps.

-La plage est déserte mais, comme je t'ai spécifié, je ne peux pas contrôler les gens... Donc, je ne peux pas t'accorder ton souhait de me donner une envie ou une autre... Mais il se trouve que j'avais justement cette envie. Alors...

Emyria avança un peu vers Jason en laissant glisser sa robe jusque dans le sable, dévoilant ainsi de jolis sous-vêtements à motifs de léopard. [Ça te dit quelque chose? XD]

-Désolé, mais quand je vois une femme comme toi, c'est le genre de chose que je ne peux pas m'empêcher.

-Tu n'as pas à être désolé.


Elle était désormais à seulement deux ou trois centimètres de lui, presque nue sur cette plage déserte, le regard pétillant et une moue sexy collée au visage.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: Je sais, je suis aussi bon qu'un génie [PV Emyria] [TERMINÉ] Jeu 29 Avr - 0:28

Si la vie lui avait montré quelque chose, une seule d'intéressante, c'était que Jason était déjà au dessus de plusieurs personnes. Le pouvoir faisait déjà partie de son quotidien, de sa vie entière. Il avait toutes les ressources nécessaires afin de faire ce qu'il désirait de qui il voulait. Il vivait très bien dans son pouvoir, et quiconque tentant de lui enlever, ou même d'en réduire l'efficacité subirait une colère extrême. Oui, il en était dépendant, oui, il en abusait, mais c'était comme cela qu'on l'aimait. Mais malgré toutes les mauvaises choses qu'il avait pu faire, toutes les catastrophes qu'il avait pu causer, il n'avait presque jamais ressentit le remords, jamais assez pour se sentir mal, et encore moins pour en avoir envie de se suicider.

Puisque Jason était déjà victime du pouvoir, était-ce possible qu'il soit un damné lui aussi? Pouvait-il vraiment sombrer dans encore plus de pouvoir? La seule chose que lui apportait réellement sa génie était la possibilité d'accélérer les choses. Par exemple, il pouvait aller dans une plage, gratuitement, mais cela prenait beaucoup plus de temps. Elle se trouvait donc à avoir son utilité en plus d'être sexy! Mais oui, il était magique. C'était ce qui le rendait encore plus unique, si génial. Son pouvoir était d'ailleurs un don des plus génial. Il lui permettait de faire tellement de choses, d'abuser de tout le monde.

Quant à ce qui est de devenir le meilleur maître de Emyria, ça il n'y avait aucun doute. Premièrement, côté physique, Jason avait absolument tout pour lui. Chacune des parties de son corps l'avantageait, malgré peut-être sa carrure un peu manquante, mais pas tant que cela non plus. Puis, pour ce qui est de sa personnalité... bon, il n'était pas toujours très gentil, mais il n'était pas agressant non plus. Soyez gentil avec lui, et il le sera avec vous, c'est tout. De plus, il aimait faire preuve d'originalité dans ses paroles, voilà pourquoi il souhaita qu'Emyria veuille coucher avec lui. Il doutait qu'elle puisse vraiment faire des vœux sur elle, mais bon, si elle ne le pouvait pas, elle aurait au moins une idée de ce que voulait Jason
.

-La plage est déserte mais, comme je t'ai spécifié, je ne peux pas contrôler les gens... Donc, je ne peux pas t'accorder ton souhait de me donner une envie ou une autre... Mais il se trouve que j'avais justement cette envie. Alors...

-Ah... eh bien alors j'imagine que je n'aurai pas à utiliser mon pouvoir non plus... Ce n'est certainement pas moi qui va s'en plaindre
.

Elle avait vraiment tout pour elle. Premièrement, elle était une génie, donc une sorte de servante pour Jason. Côté sexy, ça, ça l'était. Pour quiconque connaissant le Badley un tout petit peu, il est facile de savoir qu'il aime dominer les choses, ou les gens. Puis, elle avait de l'attitude. Dans le simple geste qu'elle venait de faire, celui de laisser son vêtement tomber sur le sable, elle montrait qu'elle savait ce que voulait son maître. Puis ses sous-vêtements... waw

-Ça non plus, je vais pas m'en plaindre.

Elle s'était avancé, ne laissant pas Jason profiter de la vue bien longtemps, mais il s'imaginait ce qu'il y avait devant lui et voilà qu'il n'avait envie que de sauter de joie sur place. Lisait-elle dans les pensées?
Il fit le pas qui manquait, il alla chercher avec ses lèvres celles de sa servante. Il passa sa main dans les longs cheveux de sa nouvelle amie, la retenant à la fois contre lui. Ils étaient tous les deux presque déjà nus, sur une plage déserte des plus chaudes. Le reste, c'est à vous de l'imaginer...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

* * * * * * * * * * * *



MessageSujet: Re: Je sais, je suis aussi bon qu'un génie [PV Emyria] [TERMINÉ]

Revenir en haut Aller en bas

Je sais, je suis aussi bon qu'un génie [PV Emyria] [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Union Life :: Hors-Jeu! :: Les Archives :: RPs terminés-