AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Le plus normal des trois... ce n'est certainement pas moi (P.V. Sara)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Le plus normal des trois... ce n'est certainement pas moi (P.V. Sara) Sam 17 Avr - 12:56

J’avais décidé d’aller sur le pont pour regarder la rivière qui se déchaînait à cause de la fonte des neiges. Bon, d’accord, c’était faux. Je n’avais pas vraiment décidé d’aller sur le pont. Mes pas m’y avaient mené d’eux-mêmes. Je ne prenais plus vraiment de décision sur grand-chose depuis… depuis que je ne savais rien de ce que je devais faire parce que je ne savais rien de rien, au fond. Entre mes vaines recherches pour savoir qui j’étais et mes tentatives pour éviter toute conversation sérieuse avec les autres personne vivant à l’hôtel, je peinais à trouver le temps et la force de me concentrer à me créer une nouvelle vie.

J’avais un nom; c’était déjà ça de gagné. En plus, il n’était pas trop moche. Simple, court… Je savais bien qu’il était faux, probablement choisi par celui qui m’avait laissé, perdu comme un con, près de cette hôtel, mais je préférais avoir un faux nom que pas de nom du tout. Pour ce qui était du reste, je me voyais forcé d’inventer et je n’étais franchement pas tellement bon pour imaginer une vie possible à une personne que je ne connaissais pas; moi, en l’occurrence. Je gardais un genre de cahier, des feuilles volantes que j’avais mises dans une chemise, dans lequel je notais les mensonges que j’avais dits. Il ne fallait surtout pas que je m’attire les soupçons d’une personne de l’endroit en lui disant une chose et le contraire le lendemain parce que je ne savais plus ce que je lui avais raconté. J’essayais, naturellement, d’en dire le moins possible, mais on me forçait, malgré moi, à dire beaucoup trop de choses. (Très peu était, pour moi, énorme.) J’essayais de servir les mêmes bobards à tout le monde qui s’emmerdait assez pour m’adresser la parole, mais il m’arrivait de ne plus trop me souvenir et, dans ces cas-là, une étude de mon cahier me permettait de me sentir moins con, au moins un peu. La mémoire et moi, ça faisait deux, on commençait bien à le savoir…

J’étais donc là, à retourner les joies habituelles dans ma tête, quand je vis quelque chose de plutôt étrange. À la lisière de la forêt, il y avait un petit animal. Celui-ci s’approchait du pont d’un pas décidé. Il semblait venir de la forêt, ce tas d’arbres qui faisait peur à tout le monde. Plus il s’approchait, moins je pouvais nier ce qu’il était : un loup. Un bébé loup, entièrement noir, du moins de ce que j’en voyais, marchait vers…moi? Je remarquai effectivement que l’animal me regardait, et pas autre chose. Je ne bougeai pas, comme hypnotisé par le regard de la petite bête qui s’approchait de plus en plus. On aurait dit qu’elle lisait en moi, qu’elle voyait tout ce que, moi, je n’arrivais pas à deviner.

Quand le loup fut au bout du pont, je me tournai vers lui. Je n’eus même pas le réflexe de m’enfuir. Oui, c’était un minuscule loup, mais c’était tout de même un animal sauvage. Je trouvais d’ailleurs fort étrange qu’une créature de la forêt s’approche d’un être humain. Habituellement, elles nous fuyaient sans nous jeter plus d’un regard. Alors, pourquoi celle-là venait-elle de s’immobiliser à seulement un mètre de moi? Je doutai, une fois de plus, que j’étais un simple humain. Ce n’était pas normal qu’un loup, même petit, vienne vers moi avec autant de confiance.

Sans bouger, je scrutai l’animal. Son poil était soyeux, d’un noir brillant. Pour un louveteau, il était tout de même robuste. Le plus intéressant restait toutefois ses yeux : deux billes d’un bleu assez foncé qui n’arrêtaient pas de me fixer. Je fis alors quelque chose de plutôt stupide : j’avançai la main vers lui. Il aurait pu me mordre, me refiler la rage ou je ne sais quoi. Après tout, il devait être dérangé pour venir si près d’un humain. En fait, l’animal devant moi se montra encore plus dérangé. Non seulement il me laissa le caresser mais, en plus, il me lécha tendrement la main. Pendant ces quelques instants, j’eus l’impression d’avoir un ami.

Soudain, mon loup releva les yeux et fixa quelque chose derrière moi. Son corps s’était tendu et je sentais qu’il était prêt à fuir. Je regardai dans la même direction que lui pour apercevoir une fille, derrière moi, pas très loin.


« Du calme, petit, c’est juste une fille. »

Étrangement, mon murmure le détendit et, alors que je me levais pour faire face à la fille, le loup prit place à côté de moi, son corps frôlant ma jambe.

« Salut. »

Était-ce la proximité étrange d’un animal sauvage qui me donnait cette étrange confiance en moi qui me poussait à parler à un autre humain? Je regrettai néanmoins d’avoir parlé à la fille dès que mes deux syllabes eurent cédé la place au bruit continu de la rivière en furie.


Dernière édition par Taylor Scott le Mar 8 Juin - 13:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: Le plus normal des trois... ce n'est certainement pas moi (P.V. Sara) Sam 17 Avr - 13:04

[Je suis complètement désolée pour le retard… je tenterai de faire plus vite la prochaine fois... promis. ]

Sara était condamnée à se retrouver, encore une fois, seule pour traverser un après-midi bien comme les autres. Viktor travaillait et Maverick avait encore une fois disparu, ce qui, à bien y penser, arrivait très souvent, sans même qu’elle ait d’explications. Elle devrait songer à lui en parler… Pourtant, elle aurait bien apprécié leur compagnie. En fait, l’une ou l’autre, car sans s’être étendu sur le pourquoi, Maverick lui avait bien fait comprendre qu’il ne voulait pas rencontrer son meilleur ami, ce qui, bien sûre avait attristé la jeune femme. Il lui avait sorti de belles excuses qui, après y avoir repensé, semblaient un peu vides de sens. De belles grandes phrases bien tricotées qui ne disaient pas tout, ou rien du tout en fait. Elle aimait beaucoup les deux garçons et ils se seraient entendus à merveille. Le contraire n’a aucune raison d’exister puisqu’ils s’entendent tous les deux très bien avec Sara, ils pourraient être amis… C’était probablement même le genre de Viktor, qui sait? Mais elle préférait ne pas penser à ça, puisqu’à bien réfléchir, elle préférait garder Maverick pour elle seule. Elle devenait de plus en plus possessive envers lui, et protectrice aussi. Surtout depuis qu’elle savait qu’il n’était pas attiré que par les hommes…Oui, il avait un copain… Eh non, Sara n’était pas le genre de garce qui allumerait un gars en couple… Mais ils ne sont pas mariés… et parfois les couples se brisent…

Sara secoua vivement la tête. Elle ne pouvait se permettre de penser à ce genre de choses, puisque son ami aurait automatiquement de la peine s’il venait qu’à se séparer de son chum. De plus, rien ne prouvait qu’il puisse être intéressé par la jeune femme. Malgré ses interdictions, son esprit se permit d’imaginer la facilité qu’elle pourrait avoir à conquérir Maverick… Pour toute personne normale, ce serait avec un risque énorme et des manipulations hypocrites épouvantables que ce dessein serait réalisable… mais pour Sara. Celle-ci avait un don extraordinaire qui s’il était bien utilisé pouvait réaliser bien des choses. Elle devrait premièrement aller voir le copain de Maverick, jouer de son petit manège et une fois la complicité établie, l’influencer amicalement sur le chemin de son choix. Ensuite, elle n’aurait plus qu’à consoler son ami et…

Mais non, Sara n’était pas comme ça. Elle en frissonnait de tout son corps à seulement y penser. Ce serait de jouer avec les gens de manière abominable pour servir ses propres intérêts. À ce jour elle ne s’était jamais servie de ses pouvoirs ainsi et espérait fortement et ferait tout pour que cela n’arrive jamais.

Sans s’en apercevoir, ses pas l’avaient mené non loin d’où l’œil l’avait attaqué quelques mois plus tôt. Maintenant qu’il était mort, elle se permettait de sortir plus souvent, gardant un très mauvais souvenir de cette journée… Ne voulant pas replonger dans ces pensées négatives, elle se détourna pour aller vers la rivière, mais lorsqu’elle releva le regard, elle s’aperçut qu’elle n’y serait pas seule. Puisqu’au-dessus des flots tourmentés un jeune homme était en pleine rencontre avec un animal… un chien? Elle décida de s’approcher un peu, histoire de voir de quoi il en retournait quand elle réalisa que le « chien » avait une silhouette peu singulière, un peu sauvage. Sara n’aimait pas vraiment les chiens, elle préférait les chats, mais celui-là semblait particulièrement mignon. Plus elle approchait et plus un doute sur la race de l’animal s’imprégnait de l’esprit de la jeune femme. Elle ne connaissait pas trop cela, mais il était loin de ressembler à un caniche…

Soudain, l’animal qui avait semblé la remarquer attira l’attention du garçon sur elle, qui se releva et lui fit face, la bête se taillant une place à ses côtés. De ce point de vue, Sara pouvait deviner qu’il s’agissait probablement plus d’un loup que d’un chien, malgré son comportement étrange. Elle regrettait de s’être fait voir, elle devrait maintenant répondre aux salutations du jeune homme, sans trop savoir quoi lui dire…


-Euhhh, Salut!

Ouais, bon c’était un début… mais encore?

-Je ne voulais pas te déranger… Et désignant l’animal, elle rajouta :

-Il est vraiment mignon… il est à toi?

Bon au moins, elle saurait si elle devait prendre ses jambes à son cou ou s’il était apprivoisé…
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: Le plus normal des trois... ce n'est certainement pas moi (P.V. Sara) Mar 8 Juin - 13:46

Hj: Bon, j'ai été un peu long :L mais tu l'as ton Taylor en fin de compte XD

Avais-je précisé que la jeune femme qui s’était approchée était jolie? Mais, vraiment jolie. Elle avait quelque chose qui me plaisait vraiment, mais que je n’aurais su expliquer, comme si elle rallumait en moi l’impression fugace d’un de ces foutus souvenirs effacés. Peut-être l’avais-je déjà connue. Peut-être avais-je déjà côtoyé une femme qui lui ressemblait, d’une certaine manière. Peut-être étais-je de plus en plus dérangé, aussi. C’était une option à ne surtout pas négliger.

-Euhhh, Salut!

Et je lui parlais pourquoi, déjà? Ah oui, parce que j’étais con, voilà pourquoi. Taylor Scott, le mec qui évite de dire trop de choses aux gens, de peur de se compromettre, mais qui n’hésitera pas à aborder une inconnue. Décernons-lui un prix pour inconstance crasse.

Bon, d’accord, il fallait avouer que ce n’était pas si grave. Rien ne m’empêchait de partir, finalement. Je pouvais même essayer d’avoir une conversation normale avec elle. Non, une conversation bourrée de mensonges n’était pas automatiquement anormale. On avait juste à réfléchir à tous ces gens qui n’arrêtaient pas de mentir sur tout et n’importe quoi. Moi, au moins, j’avais une bonne raison : dire la vérité aurait été bien pire. J’aurais fait fuir le gens, je me serais peut-être même mis en danger. J’étais vide de souvenirs, de ressources, de tout ce qui aurait pu me faire sentir humain.


-Je ne voulais pas te déranger…

*Euh, désolé jeune fille, mais je t’ai parlé en premier. Logiquement, c’est moi qui ai le plus de risque de déranger…* Elle était gentille, au moins… Et peut-être qu’elle parlait du fait qu’elle était venue vers moi alors que je ne l’avais pas invitée. D’ailleurs, sur ce point-là non plus elle n’avait pas à s’excuser. Les terrains autour de l’hôtel étaient publics, non? Donc elle avait le droit de s’approcher du pont même si un étrange était déjà là avec son…loup. *Merde.* Pendant un instant, j’avais oublié mon nouveau copain. À voir l’air un peu perturbé de la demoiselle, j’en déduisis qu’elle connaissait les chiens au moins aussi bien que moi, c’est-à-dire au moins assez pour croire que ce qui était avec nous était un autre type d’animal.

-Il est vraiment mignon… il est à toi?

Mais quelle tactique subtile! Si j’avais été aveugle et insensible au charme d’une voix féminine, la seule tournure de la phrase m’aurait convaincu que je ne parlais pas avec un homme. Seule une femme pouvait se la jouer de la sorte. Elle questionnait sans réellement avoir l’air de demander des informations et me forçait à lui répondre avec une douceur typiquement féminine.

« Ouais. C’est mon chien. Son nom, c’est Judith. »

Pourquoi ce nom horrible? Je n’en avais aucune idée. Peut-être avais-je simplement envie de me moquer de cet animal qui venait me troubler beaucoup plus que je le montrais. Je n’arrivais pas à comprendre comment j’avais pu me retrouver avec un animal sauvage… parce que le loup en question ne semblait pas vouloir partir. Alors, il s'appellerait Judith et ce serait bien fait pour lui.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

* * * * * * * * * * * *



MessageSujet: Re: Le plus normal des trois... ce n'est certainement pas moi (P.V. Sara)

Revenir en haut Aller en bas

Le plus normal des trois... ce n'est certainement pas moi (P.V. Sara)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Union Life :: Hors-Jeu! :: Les Archives :: RPs non terminés-