AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

These wounds won't seem to heal [Jason] [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: These wounds won't seem to heal [Jason] [TERMINÉ] Mar 27 Avr - 13:19

Il était près de 21 heures et James avançait, d'un pas lourd, entre les arbres de cette étrange forêt qui avait poussé à une vitesse incroyable près de l'hôtel. Il y avait déjà une semaine qu'Amber était morte. Sept jours qui en avaient paru des centaines, qui en avaient paru un seul. Une semaine durant laquelle le temps s'était arrêté pour quelques personnes alors qu'il avait continué à tourner pour d'autres.

L'enterrement n'avait pas eu lieu comme dans les films. Il n'avait pas plu. Aucun parapluie noir n'était venu abriter les pauvres gens pleurant doucement alors qu'une personne disait quelques mots en mémoire d'une jeune femme que le désespoir avait empoisonnée mortellement. Il avait fait un soleil insolent, injuste, traître... Les rayons chauds et joyeux étaient allés jusqu'à caresser les visages tristes qui n'étaient pas capables de lever les yeux vers lui pour le détester de son indécence. Il n'avait pas le droit de briller sur la mort.
Tout s'était déroulé en silence, en dehors des timides pleurs de Sara qui était blottie dans les bras de son meilleur ami, lequel avait les yeux luisants, mais réussissait à retenir sa tristesse. James, Sara, Viktor et deux ou trois inconnus avaient été les seules personnes présentes à l'enterrement. Amber Badley n'avait eu droit qu'à peu de considération durant toute sa vie. Alors, une fois le rideau tombé, elle était encore plus seule.

James avait regardé la boîte contenant ce qui restait d'Amber descendre dans le noir avec un air vide. À vrai dire, il avait conservé ce regard depuis sa mort, sans jamais y laisser s'allumer une quelconque petite étincelle. Les derniers instants de la jeune femme lui revenaient en boucle avec cette saveur aigre de culpabilité. Le pire, c'était que James n'avait pas pu s'empêcher de noter que Jason n'était pas venu à l'enterrement. Malgré lui, il l'avait cherché des yeux parmi les rares personnes présentes et c'était avec une déception qu'il avait essayé d'ignorer qu'il avait constaté qu'il n'était pas là. Il s'était, d'ailleurs, détesté d'avoir pensé à Jason à ce moment-là. Pourquoi fallait-il qu'il vienne contaminer ses pensées dans les pires instants? James essayait de le faire disparaître de sa tête, de faire mourir son image et les souvenirs le concernant... Mais il n'y arrivait pas. Pourtant, il n'y avait aucune raison pour qu'il s'accroche aussi stupidement et désespérément à Jason; il lui avait dit adieu. C'était terminé, pour de bon.

Un trou. Il en aurait voulu un, lui aussi. Pas très loin de celui d'Amber, pour être proche d'elle, à défaut d'avoir pu l'aider à temps. James aurait aimé qu'on lui creuse une cachette, un trou profond de quinze mille kilomètres, un peu de noir pour disparaître et peut-être enfin arriver à pleurer. Il y avait plus d'un an qu'il n'avait pas versé une seule larme, comme si on lui avait étouffé les yeux jusqu'à leur laisser à peine la possibilité de voir. À la place, il se noyait de l'intérieur.

C'était donc avec le même regard vide que depuis une semaine que James s'enfonçait dans la forêt. Il ne fit que quelques dizaines de mètres, juste assez pour se donner l'impression d'avoir quitté la civilisation. L'éclairage de la lune filtrait entre les branches des arbres, striant le décor de motifs plus clairs. La lune brillait beaucoup, ce soir-là. D'ailleurs, elle avait passé la journée dans le ciel, ne cédant pas sa place au soleil. Elle ne s'était pas couchée comme à son habitude, mais elle luisait encore plus fort que les nuits précédentes. Ces nuits, James les avaient surtout passées à fixer le vide, incapable de dormir, incapable de pleurer, incapable d'agir...

Le jeune homme s'arrêta et sortit de sa poche une petite enveloppe de tissu noir, celle qui contenait les cheveux d'Amber. Il n'en avait plus besoin, à présent. Il ne pouvait plus essayer de croire qu'il pourrait la sauver. James aurait pu enterrer les cheveux, mais il préféra les laisser doucement tomber et se faire porter par le vent léger qui soufflait entre les ombres de la forêt. Amber avait passé sa vie à s'enfermer dans le désespoir. Ces derniers vestiges de son corps partiraient dans l'air, libres comme la jeune femme n'avait jamais crû pouvoir l'être.

James regarda les quelques cheveux s'envoler et se séparer sans afficher de réelle expression. Puis, il laissa tomber la petite enveloppe sans lui jeter un seul coup d'oeil. Il recula de quelques pas et s'adossa dans un arbre, tout près, en prenant sa tête dans ses mains. C'était terminé. Il n'y avait plus rien à faire pour la cause Badley. Alors, que lui restait-il?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: These wounds won't seem to heal [Jason] [TERMINÉ] Mar 27 Avr - 13:53

Tout n'allait pas pour le mieux, mais tout n'était pas si pire. La vie entière de Jason avait tournée autour de cette devise, mais son caractère lui avait toujours empêché de voir le côté Yin de la médaille, préférant se concentrer sur la partie la plus éclairée du taijitu. Il aimait beaucoup plus cette partie, représentant le bon côté, le masculin, la chaleur. Il en manquait ces temps-ci, de chaleur. Côté physique, côté moral, cette flamme lui était absente depuis trop longtemps. On aurait cru tout d'abord à un choix, mais c'était un choix qu'on lui avait conseillé vivement, la situation lui en avait presque obligé.
I'm so tired of being here

Comme la semaine précédente, il avait passé la dernière dans sa chambre. Il ne sortait que pour aller travailler et revenait toujours seul, il ne voulait plus de personne avec lui. Si les relations, aussi petites soient-elles, étaient faites pour se briser, à quoi cela servait-il? Autant rester hermite dans son trou, pourrissant de l'intérieur, plutôt que d'aller nous décapiter à l'extérieur. Si Jason avaist passé sa vie à pourrir, maintenant il s'en rendait compte. Son ventre lui faisait attrocement mal, il n'avait pas mangé depuis trois jours.

Mais cette situation ne découlait pas de n'importe quoi, ce n'était pas un «trip» ou alors une soudaine envie de mourir de boullimie, c'était un amas, une somme d'autres événements, un prise de conscience, du compostage de déchets de l'existence. Tout avait commencé avec le nouvel arrivant, le retour du fantôme. Qu'avait-il à faire dans cet auberge? Puis avait suivit le second fantôme, esprit vangeur, qui n'avait encore moins de raisons d'être ici. Et la foutue dispute avec le passé, la fermeture du livre d'une saga qu'on croyait déjà terminée depuis longtemps. Pour en mettre un peu plus, on lui avait renvoyé ce qu'il avait semé jusqu'à en attirer la pitié. Saleté de Marek, qu'il aille se faire foutre. Puis avait suivit le dernier événement, il y a de cela une semaine. Perché sur son balcon, Jason attendait qu'on l'emporte autrepart, mais la mort n'avait pas voulu de lui à nouveau. Sa chambre ressemblait au néant, là au moins il n'était refusé de personne. Une vision lui avait parrut dès qu'il avait traversé la baie vitrée qui servait de porte, une chute, une personne chutant d'un toit, du toit de l'hôtel, une Badley. Il l'avait vu s'écraser sur le sol, se déchiqueter. Un seul pivot sur lui-même, et il vit à travers la baie une silhouette floue subissant les lois de la gravité. Elle s'était écrasée sur le sol, comme il l'avait vu.
La journée de l'enterrement n'était pas des plus aggréable, il faisait beau, trop. Qui s'en était occupé? La seule personne possible était James, l'hôtel ne ferait pas cela. Il avait tout vu, à distance. Pourquoi s'approcher de quelque chose duquel on s'est éloigné toute sa vie? Elle avait voulut le tuer...
*Je te rejoindrai bientôt, j'imagine*

La forêt était reculée, presque aggréable dans la nuit. La lune beaucoup trop puissante éclairait très bien le décor et tout ce qui l'occupait. Seuls quelques détails étaient invisibles, le genre de détails invisible même le jour, dont seul la conscience peut avoir conscience. Depuis deux jours, elle lui servait de refuge, la nuit. Pourquoi dormir, il ne méritait pas un tel luxe; Amber le faisait pour lui. Une silhouette s'était découpée plus loin, alors qu'il s'approchait de son refuge. Qui venait le déranger? Qui venait se mettre à l'abrit dans un endroit si peu approprié? Il s'en approcha, la silouhette l'attirait énormément. Il savait de qui il s'agissait, mais il ne voulait pas le savoir. Même de dos il était reconnaissable, seul lui était comme cela. Il s'arrêta à quelques mètres derrière, sans bruit. Pouvait-il parler? En était-il capable?


-James?...

La prochaine fois, ferme ta gueule et laisse-lui la forêt...
'Cause your presence still lingers here
And it won't leave me alone
Si seulement tu pouvais me foutre la paix une minute
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: These wounds won't seem to heal [Jason] [TERMINÉ] Mar 27 Avr - 14:45

Au fond, s'il avait vu Jason à l'enterrement, qu'y aurait-il eu de différent? Encore plus de douleur. James se serait efforcé de ne pas tourner les yeux vers lui, de ne pas tenir compte de sa présence, de ne pas aller vers lui...et il n'aurait certainement pas eu la force de se retenir. Bien sûr, il se serait trouvé une raison pour aller lui parler, une raison sombre et tranchante. Peut-être même lui aurait-il demandé de partir et serait-il allé jusqu'à lui dire qu'il n'avait pas sa place à cet enterrement, puisqu'il était presque le meurtrier d'Amber. James n'aurait pas crû un seul de ces sombres mots, mais il aurait tout fait pour que Jason ait l'impression qu'il les pensait. Il aurait essayé de lui faire mal, presque autant que le seul fait de penser à lui l'écorchait.

James considérait que la mort d'Amber n'avait que deux causes: l'incapacité de la jeune femme à voir autre chose que son désespoir et sa faiblesse, à lui. Dès le début, il avait su qu'elle s'enlèverait elle-même la vie. Il l'avait vue mourir de tellement de manières différentes, toujours dans le même registre, mais il avait été incapable de trouver comment l'empêcher de choisir de mourir. Pire, il avait contribué à son instabilité en la trahissant et en la laissant partir. En effet, si, le matin du départ des Badley, James s'était tout de suite mis à la poursuite d'Amber, sans aller voir Jason, il l'aurait probablement rattrapée. Toutefois, il n'avait pas pu s'empêcher de courir vérifier s'il était parti, lui aussi. Et il avait été déçu. Sur le toit aussi, il aurait pu faire mieux. James n'avait pas pu trouver les mots pour retenir Amber et il avait eu l'imbécilité de croire que la jeune femme l'écouterait. Il aurait dû bondir pour l'attraper avant qu'elle tombe. Il aurait peut-être dû sauter avec elle. Au moins, son corps n'aurait pas eu l'air si seul, étendu sur le sol du stationnement.

La vérité était qu'il avait été pétrifié, une fois sur le toit. Un horrible sentiment de déjà vu l'avait écrasé alors que certaines images se superposaient à la réalité. Il avait déjà vu cette scène. James avait déjà regardé Amber se jeter du haut de ce toit alors que d'autres personnes floues étaient autour. Et ce n'était pas la même vision que celle de ce jour-là, quand il l'avait vue tomber à partir du stationnement. La première fois qu'il avait touché Amber, James l'avait vue sauter du haut d'un immeuble et, maintenant qu'il était sur le toit de l'hôtel, il réalisait qu'il avait précisément vu ce toit, cet hôtel... C'était exactement comme sa première vision d'Amber. Cela signifiait donc que, depuis le début, il aurai dû savoir qu'il était ce qui causerait la mort de la jeune femme. Sa vision avait donc été la cause, mais aussi la conséquence, de son entêtement à essayer de rendre Amber heureuse. S'il s'était éloigné d'elle, l'avenir aurait changé et elle aurait peut-être survécu. Amber Badley était donc morte à cause de lui.


-James?...

*Il faut que j'arrête de l'imaginer partout...* Juste au cas où il n'aurait pas halluciné la présence de Jason, James tourna lentement la tête vers l'endroit d'où la voix avait semblé provenir. Il eut alors l'impression qu'on le transperçait de millions de petites flèches glacées.

-Jason?

*Mais quelle réplique intelligente...* James s'éloigna un peu de son arbre pour s'approcher de Jason, mais seulement un peu. En se redressant, il avait fait bouger sa veste, laquelle avait laissé paraître son précieux collier. Le bijou magique renvoyait doucement les rayons lunaires, comme un deuxième astre de la nuit.

-Pourquoi tu me parles?

Il avait essayé d'être froid et dur, mais il fondait toujours devant Jason. Il le détestait de l'abandonner et ensuite revenir vers lui si l'occasion se présentait...mais il s'en voulait encore plus de le laisser faire, d'espérer inconsciemment qu'il revienne, à chaque fois. Encore ce soir-là, il manquait de fermeté et d'hostilité. Cependant, il ne pouvait pas faire mieux. Soit il essayait de le repousser faiblement avec des mots qui manquaient de force, soit il courait vers lui pour tout effacer... Et, pour ça, il n'avait pas assez de courage.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: These wounds won't seem to heal [Jason] [TERMINÉ] Mar 27 Avr - 18:15

Jason avait vu son ancien ami près de la tombe de sa cousine, lui qui semblait avoir tant d'intérêt envers elle. Que lui avait-il trouvé, elle n'avait jamais été intéressante, même pour quelqu'un comme James. Pouvait-il réellement l'avoir aimé, et surtout pour quelle raison et comment? Il avait été très bon acteur, c'est sûr, mais en même temps, il y avait toujours eu une certaine faille dans son jeu, comme si quelque chose lui préoccupait plus sincérement que le bonheur d'Amber ou alors d'être avec elle. Mais peu importe, il l'avait vu lors de l'enterrement, à côté du trou, et on aurait crû qu'il voulait s'y jeter lui aussi. Comment pouvait-il être si détruit?

Nul n'était son envie de le détruire davantage, il vint lui parler tout de même. Il n'avait pas de raison particulière de le faire, ni même réellement envie. Peut-être était-ce ses intincts naturels, ou alors son envie de survivre? James était une porte de sortie, une porte bien vérouillée dont la serrure ne comportait même pas de trou pour une clé, mais une porte tout de même par laquelle il était peut-être possible de sortir.

Lui, au moins, il ne l'imaginait pas partout et ne le voyait partout encore moins. Il restait enfermé dans sa chambre avec l'assurance que personne n'était en mesure de venir le déranger. Dernièrement, il avait souhaité à Émyria que personne ne vienne le déranger dans son antre, alors il n'était pas perturbé. Il se sentait si bien seul, parfois, rarement, peut-être une fois. Il pouvait penser à ce qu'il voulait sans contrainte, il était même possible d'avoir une discussion avec nous, enfin quelqu'un qui partage notre opinion, nos valeurs, qui a notre champ expérientiel.
I would like to have another me
To travel along with myself


-Jason?

Et bien oui, bravo James, t'as eu tout bon. Pourquoi le temps de réaction avait-il été si long? Avait-il prit le temps de soupirer, de rouler les yeux avant de se retourner vers lui? Avoir été dans un état normal, Jason aurait remarqué que son interlocuteur s'était rapproché, un peu, ce qui signifiait une certaine ouverture à la discussion, mais il était trop dérangé par le fait que James soit là, lui aussi. S'il ne le suivait pas, il y avait de drôles de coïncidences dans cet hôtel.

-Pourquoi tu me parles?

Oh merci James! Quelle générosité et ouverture d'esprit de ta part.
Jason resta cependant figé sur ce qui pendait autour du cou de James, un collier... connu. Il ne l'avait jamais vu en vrai, ça il le savait. C'était ses rêves, lui qui croyait qu'il ne s'agissait que de rêves, encore une prémonition? Décidément, chaque fois qu'il rêvait maintenant, il voyait le futur, ou le passé dans ce cas-ci. Pourquoi James portait-il ce médaillon? Sa peur de son ancien ami était-elle grande à ce point?

Il s'approcha de quelques pas qui frottaient contre le sol, le regard baissé. Il ne savait pas quoi lui répondre car il ne voulait pas partir, mais sa présence le dérangeait à la fois... Mais son égocentrisme prit le dessus, désolé Jay'


-Bin.. J'sais pas, ça fait quand même deux semaines qu'on s'est pas croisé et.. disons que la dernière rencontre n'a pas été des plus aggréables...

Puis il se rapprocha davantage, ne se collant pas, mais laissant l'espace entre eux d'une bonne personne, un Américain.

-Surtout que, je sais pas trop, j'ai vraiment pas envie de te laisser aller... Mais ça je te l'ai déjà dit.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: These wounds won't seem to heal [Jason] [TERMINÉ] Mar 27 Avr - 23:31

James n'aurait jamais crû croiser Jason dans cette forêt. En réalité, il n'avait pas imaginé le rencontrer dans cet hôtel... Alors, il ne savait plus de quoi il devait s'étonner. Il restait néanmoins que, s'il avait su qu'il le verrait, ce soir-là, il serait resté bien sagement enfermé dans sa chambre. Il aurait fait comme tous les autres jours depuis la mort de son ex.

Mode robot ON.

Il aurait agi sans trop réfléchir, se contentant de répéter les actions apprises depuis longtemps déjà. Manger sans réellement goûter. Respirer sans tenir compte de la brûlure que ce seul geste lui apportait. Se laver, s'habiller... James aurait encore forcé son corps à vivre comme si rien de grave n'était arrivé. Par sa faute. Il aurait continué à ignorer la tempête de douleur, de rage et de haine qui lui retournait l'intérieur. Il aurait, une soirée de plus, repoussé les limites de la barrière qu'il avait essayé de créer entre lui et ces larmes qui refusaient de sortir. Seulement, James n'avait pas imaginé qu'il pourrait rencontrer quelqu'un, encore moins Jason, dans cette forêt.

Il y était allé pour être seul, pour se libérer des dernières chimères qui le retenaient encore aux Badley. Les cheveux d'Amber... Minces fils sombres qui avaient brodé ses visons morbides. Ils avaient été de minuscules lames lui transperçant l'âme à chaque fois qu'il se servait d'eux pour la deviner, pour se rapprocher un peu plus d'elle. Il avait fini par la retrouver, pour en arriver à la perdre définitivement. Les cheveux ne représentaient plus rien et Amber ne représentait plus que la victoire de la mort sur un James presque désabusé.. Il ne gagnerait probablement jamais et c'était pourquoi il envisageait de plus en plus de trouver une solution permanente à son pouvoir. Il avait entendu parler de gens qui, contre un morceau d'âme, vous greffaient une pierre protectrice dans la cage thoracique. La douleur physique de l'implant ne disparaissait jamais, mais James considérait ce genre de mal moindre à celui qu'engendrait le fait de connaître comment des gens mouraient sans réussir à les sauver. Un mélange de regret, d'amertume et de démence. Une envie de crier et un besoin de garder à jamais le silence. Il pensait de plus en plus souvent à ce type d'opération, mais il hésitait encore. C'était cher payé, un morceau de son âme... Toutefois, il peinait à trouver à quoi elle pourrait lui servir d'autre.

Les yeux au sol, Jason s'approcha. Et James eut, une fois de plus, envie de s'enfuir. Que lui avait-il pris de s'approcher de son ancien ami? C'était comme lui donner le droit de faire de même... De lui faire encore du mal.


-Bin.. J'sais pas, ça fait quand même deux semaines qu'on s'est pas croisé et.. disons que la dernière rencontre n'a pas été des plus agréables...

Pourquoi n'arrivait-il pas à tuer ce stupide désir de lui laisser encore une chance? James voulait lui crier de partir, de le laisser tranquille, d'arrêter de jouer avec lui... Cependant, il se sentait incapable de crier. Même parler lui semblait impossible. Il avait été si déconnecté du reste du monde, durant les derniers jours, que celui-ci avait cessé d'exister. Lui-même, il en était presque arrivé à s'oublier.

-Surtout que, je sais pas trop, j'ai vraiment pas envie de te laisser aller... Mais ça je te l'ai déjà dit.

Jason s'était encore approché et James s'était figé. Son expression aussi était restée la même. Vide. Il ne voulait plus rien montrer, plus rien ressentir.

-Jason, pars, s'il te plait. Je n'ai pas besoin de toi.

Il avait parlé d'une voix blanche, posant un regard morne sur l'autre jeune homme. Pourtant, étrangement, tout tremblait à l'intérieur de lui.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: These wounds won't seem to heal [Jason] [TERMINÉ] Mar 27 Avr - 23:57

Qu'avait-il devant lui? Était-ce réellement James? Il ne serait pas surprenant qu'il s'agisse de quiconque d'autre, quelqu'un dans l'hôtel qui aurait prit un malin plaisir à lui jouer à nouveau un tour. Tant qu'il ne s'agissait pas de Marek, tout devrait bien aller. Par contre, si le polymorphe avait le malheur de remettre les pieds devant lui, surtout sous une forme aussi trompeuse, il le paierait beaucoup plus cher que le prix de sa vie. Après ce qu'il avait osé faire, la première solution de Jason avait été de lui proposer gentiment le suicide, mais là, s'enfermer dans un four à convection dans les cuisines du restaurant lui semblait beaucoup plus approprié, plus intéressant. Mais pourquoi quelqu'un aurait-il voulut lui jouer un si mauvais tour, encore? Il n'était pas sortit de sa chambre depuis une semaine... Alors il devait s'agir de James, un robot-James, mais James.

Ce collier l'obsédait, il devait y faire quelque chose. Pas qu'il ne l'intéressait par sa forme, son matériau ou sa valeur marchande, simplement que Jason connaissait, ou croyait connaître les effets. Peut-être était-il victime de paranoïa, il était plutôt sûr qu'avec ce collier, il lui était impossible de faire ce qu'il voulait de James...

Il s'était approché, incapable de rester loin. Même si cette partie de la ville était plutôt silencieuse à la nuit, loin du reste, leur ton de voix obligeait aussi qu'ils se rapprochent. Il répéta à nouveau qu'il voulait regagner une place, aussi simple et subtile soit-elle, mais une place du côté plus sympathique dans le cœur de James.

Osait-il lui répondre quelque chose du genre? Jason avait-il halluciné? James venait de le renvoyer, à nouveau... En avait-il vraiment assez ou faisait-il encore l'incohérent? Il releva les yeux pour le regarder, voulant à tout prix découvrir la vérité sur ces dernières paroles. Lui avait-il vraiment demandé si gentiment de partir? Il ne le pensait pas, connard.
Il voulait jouer? Alors il en aurait pour ses attentes.

D'une moue plutôt timide, il se rapprocha de James à nouveau, ne laissant plus la distance les séparer. Rendu près de lui, il le regarda de haut en bas, avait-il changé depuis leur dernière rencontre? Non, heureusement. Puis, il le regarda droit dans les yeux, tentant de laisser paraître de fausses émotions, une culpabilité presque insupportable, une tristesse profonde, d'autres sentiments inexpliqués. Il jouait, encore, mais c'était la première fois qu'il était capable de le faire avec James. Il n'avait jamais eu besoin de cela avec lui, jamais, car il n'avait rien à lui revendiquer. Il avait été son ami et ils avaient été sincères l'un avec l'autre jusqu'à une certaine nuit. Mais là, la situation avait changée. Est-ce que le Harris n'était pas un garçon comme un autre? N'était-il pas une simple victime lui aussi? Pourquoi changer les méthodes alors...
Il releva sa main, touchant la chaîne autour du cou de James ainsi que sa veste.


-James... je t'en prie...

Était-il vraiment sûr de vouloir le faire? Il attrapa le bijoux, plutôt incertain un instant. Montrait-il son jeu en le fixant ainsi? Tant pis, il lui ferait tout oublier. Il attrapa le pendentif, prêt à tirer dessus pour lui arracher. Sacré James, il ne lui faisait pas confiance, et avait peut-être raison. Après toutes ces épreuves, être encore capable de vouloir le manipuler...
Quel désespoir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: These wounds won't seem to heal [Jason] [TERMINÉ] Mer 28 Avr - 0:47

Même s'il ne voulait pas porter attention à Jason, James fut obligé de remarquer qu'il ne semblait pas dans son meilleur état. Il paraissait plus pale, plus fatigué et, visiblement, il avait maigri. Quelque chose n'allait pas et il était difficile, pour James, de ne pas se demander quoi. Il ne devait pas s'y intéresser, puisqu'il était question de Jason. Toutefois, ses yeux fouillèrent d'eux-mêmes ceux de Jason pour essayer de comprendre.

Ils y trouvèrent une tristesse indéfinissable. Il ne s'agissait pas des fausses émotions que Jason essayait de faire passer pour la réalité; c'était autre chose. James arrivait presque à deviner, dans le fond du regard de son ancien ami, qu'ils avaient été deux à avoir mal. Peut-être que Jason ne s'était pas autant foutu de lui, au fond... Non, il préférait ne pas y penser. Se poser des questions nécessitait d'assumer les réponses. James ne se sentait pas assez fort pour certaines d'entre elles. Pourtant, il ne pouvait pas s'empêcher de douter de l'abandon de Jason. S'il avait tellement voulu disparaître de sa vie, pourquoi serait-il revenu dans la seule ville où il était certain que James repasserait? Jason aurait pu s'installer n'importe où, mais il avait choisi San Francisco, la ville qu'habitait le frère de James, l'endroit qu'il avaient tous les deux choisi pour faire leur vie d'adulte loin de leurs parents pas assez fous. Jason avait-il vraiment voulu fuir?

Quand il l'avait vu s'approcher, James avait pensé à lui poser ce genre de questions, malgré la barrière mentale qu'il essayait de mettre entre lui et Jason. Il était même prêt à ne pas tenir compte des fausses émotions que son ancien ami essayait de lui faire passer pour vraies. C'était toujours ainsi: dès que Jason était trop proche, James oubliait tout ce qui lui avait pris tellement d'efforts à bâtir.


-James... je t'en prie...

Les doigts de Jason, frôlant son cou, l'empêchèrent de respirer pendant quelques secondes. Puis, il réalisa ce qu'il était sur le point de faire et ce stupide espoir de le comprendre qui l'avait traversé plus tôt se brisa avec fracas. Jason voulait lui enlever son collier et, logiquement, il savait quel type de bijou c'était. Donc, l'autre jeune homme avait en tête l'idée de le contrôler. Encore une fois. James pensait que Jason avait atteint le maximum pour ce qui était de le décevoir, mais il venait de s'apercevoir qu'il avait eu tort. Jason Badley n'avait aucune limite à décevoir.

Les yeux noircis par la rage, première émotion depuis de longs jours, James attrapa solidement les poignets de Jason pour qu'il lâche le collier et il l'éloigna brusquement de lui, sans toutefois lâcher ses poignets.


-Tu veux encore me contrôler? Il n'y a donc pas de limite au mal que tu peux faire aux autres sans t'en vouloir? Tu m'as déjà brisé une fois, Jason, ça ne t'a pas suffit? Qu'est-ce que ça te prend pour me laisser tranquille? Tu attends que j'en arrive à la même chose qu'Amber?

Plus il parlait, plus l'accumulation de toutes les émotions négatives qu'il avait accumulées remontait en lui. Il explosait, parlait sans réfléchir... Une étrange démence l'envahissait, comme si tous les bouleversements qu'il avait essayé d'ignorer le frappaient d'un seul coup. Il lâcha subitement Jason, le repoussant violemment contre l'arbre qui était derrière lui. Puis, il porta les mains à son collier en s'approchant lentement de l'autre jeune homme, une lueur de folie désespérée dans le regard.

-Alors, vas-y. Contrôle-moi. Je m'en fous. Je n'en ai plus rien à faire. Je n'ai plus rien à faire de toi, et encore moins de moi.

Il n'était qu'à quelques centimètres de Jason, avec cet air de tueur fou. Brusquement, il enleva son collier et le lança plus loin sans dévier son regard de celui de Jason, un air de défi plaqué au visage.

L'effet ne se fit pas attendre. Son visage se tordit de douleur et ses yeux s'agrandirent d'horreur. Des dizaines d'images affreuses vinrent danser derrière ses yeux. Toutes les morts qu'il avait manquées. Il avait été protégé de son pouvoir par le collier mais, maintenant qu'il ne le portait plus, toutes les visions qu'il avait évitées lui revenaient. En même temps. Voir une seule mort à la fois était pénible. Sentir des dizaines de fins en surimpression était intolérable. Il en perdit l'équilibre, se rattrapant instinctivement à ce qu'il pouvait.

Les mains de James s'agrippèrent aux épaules de Jason alors qu'il tombait à demi sur lui, la tête dans son cou. Secoué de spasmes et de tremblements, il ne le voyait même plus. Les seules images qui s'imposaient à ses yeux étaient des morts possibles, des conclusions horribles... Le pouvoir de James le dévorait comme jamais il ne l'avait fait auparavant.

Plus loin, entre les branches mortes et la terre refroidie, le pendentif brillait à peine, car un nuage venait de voiler la lumière de la lune.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: These wounds won't seem to heal [Jason] [TERMINÉ] Mer 28 Avr - 19:18

Tout fonctionnait, presque à merveille, si on met de côté que Jason était obligé, ou avait pris la décision, de manipuler James d'une façon plus dégradante pour ensuite pouvoir le contrôler de façon plus normale chez lui. Il s'en voulait, un peu, de devoir faire cela, mais c'était absolument la seule façon d'obtenir ce qu'il désirait. Si James ne lui faisait pas confiance, il se devait de l'obtenir d'une autre façon, dont la seule était de lui enlever ce collier et de, malheureusement, le contrôler.

Jason avait une limite à décevoir, oui. Si on coopérait, il n'avait aucun problème à ne pas devoir contrôler, mais James était de ces personnes qui, apparemment, ne voulaient pas nécessairement être contrôlé, ce qui était en quelque sorte plutôt régulier, normal, récurent. Mais bon, comme James ne souhait pas que Jason décide de ses actions, il portait ce collier qu'on devait lui enlever, car oui, Jason tenait absolument à avoir la vérité, à avoir une conversation très claire avec son ancien ami. Ça le chicottait, énormément, trop.

Sentant le mal à son poignet, Jason comprit que le Harris venait de le prendre et le serrait fort, trop fort. Il fronça les sourcils sous la douleur, reportant directement son regard dans celui de son agresseur. Que lui arrivait-il soudainement? Était-il vraiment bipolaire comme il avait été question lors de la dernière conversation?
Puis les paroles sortirent enfin de sa bouche, heurtant Jason autant que la douleur physique qu'il lui infligeait au poignet. Plus le temps avançait, moins il avait l'impression qu'il s'agissait bien de James devant lui, quelque chose d'anormal le manipulait, plus efficacement que Jason en tout cas. Il ne se gêna pas pour le couper, comme si James avait le droit de lui dire des choses comme cela...


-J'ai jamais dit que j'men voulais pas James!

-Tu m'as déjà brisé une fois, Jason, ça ne t'a pas suffit? Qu'est-ce que ça te prend pour me laisser tranquille? Tu attends que j'en arrive à la même chose qu'Amber?


Il serra le poing et fit un mouvement brusque, voulant se dégager, mais la force de l'autre lui en empêcha. Son souhait fut rapidement exhaussé lorsque son bras fut enfin libre de mouvement. Il croyait que tout s'était calmé, que la furie s'était arrêtée mais il sentit une pression contre son corps qui le repoussa plus loin. Le nœud de l'arbre lui créa une douleur à son dos, l'obligeant à se courber. Malgré la douleur, il releva les yeux pour découvrir un air inconnu du malade, comme si, cette fois-ci, ça avait été celle qui avait fait déborder le vase... enfin.

Il lui cria une seconde bêtise, qui en était toute une. On ne pouvait pas mettre Jason au défi comme cela, même avec James il n'avait aucune pudeur. On lui offrait facilement ce qu'il voulait, il pourrait enfin savoir ce qu'il voulait.
Mais quelque chose lui en empêcha
Pas la réaction tardive de James à l'enlèvement de son collier, quelque chose chez Jason, qui avait rapport avec l'autre, mais qui se trouvait principalement chez Jason.
Puis on eut l'impression que James venait de se faire posséder, comme si quelque chose à laquelle il n'avait pas, ou plus, l'habitude venait de lui déchirer l'esprit. Jason aurait aimé faire quelque chose, mais il en fut incapable, avait-il le droit de l'aider? La lumière de la lune se cacha au même moment, avec un synchronisme démesuré. C'est à ce moment que James s'accrocha à lui et vint presque se blottir contre lui. Les spasmes du bipolaire parvinrent jusqu'à celui contre lequel il était collé, lui faisant, enfin, prendre compte qu'il pouvait peut-être aider un peu. Malgré l'insécurité qui l'habitait, il passa ses bras autour de James, l'aidant à la fois à rester debout.
*Tu sais que, t'es plus grand et plus lourd que moi ein*
Puis, il le serra un peu plus fort, pas pour lui faire mal, comme s'il voulait que James se rendre compte qu'il le serrait, qu'il le supportait.

-Allez James... ça va aller... calme toi..., ça va aller.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: These wounds won't seem to heal [Jason] [TERMINÉ] Jeu 29 Avr - 0:06

James se moquait bien que son collier le protège des autres. Bien sûr, c'était un plus, mais ce n'était rien à côté de sa faculté de lui permettre de vivre à peu près normalement. Voir les gens mourir à chaque premier contact s'avérait assez désagréable. Grâce au pendentif, il avait moins peur de frôler les gens en marchant dans la rue. Il pouvait enfin choisir ce qu'il voulait voir et, surtout, ce qu'il préférait ignorer. James savait que le bijou le protégerait des pouvoirs similaires à ceux de Jason, mais cette certitude n'avait en rien motivé sa décision de s'en procurer un. D'ailleurs, il n'avait même pas pensé que Jason aurait pu essayer de le contrôler à nouveau. Après tout, il avait eu ce qu'il voulait. Et il étai parti.

La vérité avait longtemps été une valeur que James appréciait. Seulement, il y avait eu les Badley... Depuis, le mensonge et la dissimulation avaient pris des teintes bien attirantes. James n'avait pas pu faire autrement que cacher à Amber qu'il ne l'aimait pas vraiment et, surtout, qu'à l'époque où il avait commencé à sortir avec elle, il appréciait beaucoup plus Sara, une de ses rares amies... James avait dû faire croire à Amber qu'il éprouvait pour elle des sentiments qu'il n'avait jamais réussi à développer. C'était à partir de là qu'il avait basculé du côté des menteurs. Porter le masque du parfait copain était, en soi, un peu malhonnête. Mais James avait fait bien pire. Il s'était mis à se mentir à lui-même, sur plusieurs niveaux, à essayer d'estomper la mince ligne entre la réalité et ce qu'il voulait croire. Et il y était parvenu sur de nombreux points. Parfois, certaines vérités cachées lui sautaient au visage, mais il les terrassait bien vite. Il était plus fort qu'elles, mais plus faible que tout le reste.


-J'ai jamais dit que j'men voulais pas James!

Parce qu'il suffisait de se taire pour être innocent? Jason agissait comme s'il n'avait pas de conscience. Il n'avait pas besoin de dire qu'il n'avait rien à faire de personne, plus particulièrement de James: il le montrait parfaitement. S'il s'était senti le moindrement coupable, il se serait retenu d'essayer de contrôler encore celui qui avait un jour eu la naïveté de se croire son ami. C'est pourquoi James ne releva même pas la réplique.

Quand Jason essaya de se dégager, James resserra son étreinte juste un peu, par pure méchanceté. Il n'avait jamais agi ainsi avec Jason et, s'il avait pu réfléchir, il se serait demandé ce qui lui arrivait. Il ne lui était jamais arrivé d'être violent envers son ancien ami mais, pourtant, ce soir-là, les gestes pour le broyer lui venaient tout naturellement. De toute manière, Jason lui avait dit adieu, non? Il devait assumer.

Personne n'avait spécifié à James que, s'il enlevait le collier, tous ses effets s'annulaient, même à retardement. Il avait crû qu'enlever le pendentif le rendrait vulnérable au présent, voire même à l'avenir, mais il n'aurait pas pensé qu'il le serait aussi pour ce qui était du passé. Au fond, il s'était bien fait avoir. Le bijou lui avait coûté très cher et il ne pourrait pas se faire rembourser. Ce qu'il avait sacrifié avait disparu à jamais. Il s'était fait prendre dans une belle arnaque...

Une femme se fait assassiner par son mari alcoolique.
Un vieil homme s'endort pour la dernière fois.
Un bip continu, dans la chambre d'hôpital d'une jeune fille.
Une voiture renverse un enfant.
Les yeux vides et bleus d'une femme au fond d'une rivère.
Roulé en boule au fond d'une ruelle, un jeune homme s'éteint sur une overdose.
Une vielle femme tombe dans les escaliers.
Des couloirs d'hôpitaux qui se poursuivent.
Un accident de voiture.
Un orage.

Les visions s'entremêlaient, griffant la conscience de James alors qu'il resserait ses bras autour de Jason. Horreur par horreur, le tourbillon menaçait d'emporter ce qui restait de raison au jeune homme. Mélangé à toutes ces images effrayantes, un noir terrible assommait James. Il se sentait disparaître au milieu de toutes ces morts. Il avait mal, il était terrorrisé, il peinait même à respirer. Il ne se rendait presque pas compte de la présence de Jason.

Puis, un répit. Les visons s'arrêtèrent d'un coup, mais l'impression d'être aspiré au fond d'un gouffre noir ne partit pas. James reprit subitement contact avec la réalité et il remarqua les bras de Jason autour de lui. Réconfortants. Se rendant compte qu'il le tenait plutôt serré, James détendit ses bras en reprenant son souffle, incapable de s'éloigner de ce contact apaisant, ne serait-ce qu'en relevant la tête du cou de Jason.

Une ombre tombe dans le vide.

Elles revenaient. James pouvait sentir ses visions reprendre le contrôle de sa conscience. Paniqué, il se dégagea des bras de Jason et recula.


-Mon collier... Je... Il me faut mon collier...

Les yeux hagards, James fouilla le décor du regard, sans trop regarder où il reculait alors que l'arrivée imminente de nouvelles visions se faisait sentir. Naturellement, il trébucha et s'étala sur le sol, sur le dos. Malgré la douleur du choc des racines et des branches dans son dos, James se redressa un peu pour chercher le pendentif du regard. Pourquoi cette maudite lune avait-elle arrêté de jouer les veilleuses?

C'est à ce moment que les visions reprirent le dessus et James en retomba au sol, recroquevillé sur son côté droit, les yeux fermés et la machoire serrée. La mort pouvait être si douloureuse.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: These wounds won't seem to heal [Jason] [TERMINÉ] Jeu 29 Avr - 1:10

Il était dans ses bras, comme ça, comme si rien ne s'était passé, il s'était jeté dans ses bras sans aucune explication. À quoi est-ce qu'il jouait? Était-il en train de pleurer? Les spasmes qui l'habitaient laissaient croire que oui, mais c'était des spasmes plutôt puissants pour de simples sanglots, ils étaient trop forts. Quelque chose d'autre l'habitait de beaucoup plus puissant et Jason exigeait, pas maintenant mais plus tard, d'avoir des explications. James ne pouvait pas espérer agir ainsi et s'en sortir sans aucune explication, mais quelque chose était encore plus important à ses yeux et de laquelle il voulait discuter, ce pourquoi il lui avait «proposé» d'enlever son collier.

Que lui arrivait-il cette nuit? Comment pouvait-il avoir agi aussi méchamment avec Jason peu avant et, en plus, avoir ignoré sa remarque sur le fait qu'il s'en voulait d'avoir agit comme il l'avait fait. Allez croire que James est celui qui possède le moins de cœur entre les deux... comment en posséder encore moins que Badley? Puis il s'était mis à agir comme si un extra-terrestre venait de s'incruster en lui pour aller lui dévorer l'intérieur.

Jason sentit l'étreinte de James se resserrer. Au moins, il avait encore conscience qu'il était encore là. Son corps en devint faible, il se sentit presque important pour son ancien ami pendant un instant. Mais il était là, pour lui, pour l'instant.
Cela prit un certain moment, alors qu'il le tenait toujours dans ses bras, avant que James semble reprendre un peu de lui-même. Il semblait revenir sur terre, donnant l'envie à Jay de lui demander s'il avait été enlevé dans un vaisseau spatial, mais il sut se retenir, heureusement. Disons que la blague n'avait pas sa place et qu'il existait d'autres façons de demander ce qui s'était passé que celle-là.

Tout semblait s'être passé, il avait arrêté ses convulsions, et il restait là. Se pouvait-il qu'il ait besoin de Jason autant que Jason pouvait avoir besoin de lui? Il ne l'avait pas montré depuis qu'ils s'étaient revus pour la première fois à l'hôtel, mais le Badley ne l'avait pas nécessairement montré non plus. S'il lui avait dit adieu... c'était pour lui, pas pour son intérêt personnel. Plutôt mourir
Et il se recula à nouveau, encore paniqué


-James, wow, calme-toi, reprend sur toi!

Non? Ne pouvait-il pas l'entendre? En le voyant tomber par terre, du mieux qu'il était possible de le voir, il s'approcha aussitôt. Mais James ne sembla pas avoir besoin de lui, il continuait à chercher l'objet qu'il venait de lancer plus loin. Pourquoi en avait-il tant besoin? Jason ne faisait rien... avait-il peur de lui à ce point?
S'il en avait besoin, Jason le trouverai si lui en était capable. Quelque chose manquait, la lumière était trop absente pour le trouver parmi l'herbe trop haute. Le manipulateur ferma les yeux, tentant de se concentrer. Il avait besoin de ce qu'il cherchait, quelque chose de plus vivant que le collier. La journée d'avant, au restaurant, il avait apprit qu'un de ses collègue possédait un drôle de don. Il l'avait vu en action. Mentalement, grâce à son pouvoir de manipulation, il le chercha à travers le 9ième étage. Il savait dans quelle chambre il était précisément, il y avait fait un tour. Il le trouva, il dormait, ce qui était parfait. Le regain de pouvoir que Jason avait récupéré dernièrement, surtout suite à la visite de Marek, lui permit de faire ce qu'il voulait, la chose la plus poussée qu'il avait tenté jusqu'à présent avec son pouvoir. Il prit possession de son collègue, comme il l'avait fait à la terrasse dans ses premiers jours avec une inconnue pour jouer avec Sinclair. Il se concentra davantage, ignorant les gémissements de James. Puis d'un seul coup, une lumière aveuglante apparut dans les bois, juste devant Jason. Il venait, par l'entremise de son pouvoir, forcé son collègue à utiliser son pouvoir à lui pour éclairer la forêt; il avait ce don, celui de reproduire les lueurs du soleil.
En rouvrant les yeux, il coupa le lien qui l'unissait à l'autre employé. La lumière devant lui se dissipa peu à peu, laissant le collier luire puissamment dans l'herbe. Jason se jeta sur lui automatiquement tandis que le bois redevint aussi sombre que tantôt. Jason se précipita sur James. Il lui mit dans la main, le forçant à serrer le pendentif.


-Il est là James, il est là!
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: These wounds won't seem to heal [Jason] [TERMINÉ] Ven 30 Avr - 15:24

Les visions lui revenaient en désordre, se mélangeant, se superposant et se suivant dans un rythme inégal. Des scènes se déroulaient au ralenti alors que d'autres passaient comme des éclairs. Certaines étaient complètes, horribles. D'autres n'étaient montrées que par petits extraits et d'autres encores apparaissaient en fragments, striant les autres visions de courtes images. Parfois, elles étaient fortes, réelles, et, par moments, elles devenaient plus floues, plus lointaines. Le pouvoir de James disjonctait comme il ne l'aurait jamais crû possible. Décidément, ce collier enchaînait les mauvaises surprises... Après les effets secondaires venait la dépendance.

James aurait bien aimé avoir encore moins de coeur que Jason. Tout aurait été plus simple... Il se serait vendu à l'égoïsme et toutes ces morts ne lui auraient pas importé. Il ne se serait pas à moitié détruit pour sauver tous ces gens dont un trop grande partie n'avait tout de même pas survécu. Comme Amber. S'il n'avait pas eu de coeur, James n'aurait rien eu à faire de ce douloureux sentiment d'impuissance mêlée à l'échec. Il n'aurait pas eu de conscience, pas de douleur. À aucun sujet.

Paniquer ne l'aiderait pas et c'était pourquoi James avait essayé de se calmer lorsqu'il avait senti une accalmie de ses visions. Se calmer dans les bras de Jason. Au fond, qui aurait pu mieux le consoler que celui qui était le plus capable de lui faire du mal?


-James, wow, calme-toi, reprend sur toi!

Assailli par une nouvelle impression de disparaître au fond de son pouvoir magique, James avait à peine entendu Jason. Il devait retrouver son collier s'il ne voulait pas perdre la raison au milieu de cette tempête de visions. Malheureusement, il fut coupé de la réalité avant de retrouver le précieux bijou.

Les atrocités se multiplièrent encore, comme des morceaux de folie s'accrochant à son âme. Une vision plus claire que les autres chassa ses semblables pour s'imposer avec force à l'esprit de James, au ralenti, avec des effets de vieux film.

Jason était debout, devant un miroir. L'éclairage était étrange, indescriptible. Il était impossible de déterminer quel était l'endroit où se déroulait la scène. C'était une de ces visions un peu abstraites dont James avait totalement horreur. D'ailleurs, en dehors des yeux de Jason, tout était en noir et blanc. Surtout blanc. Jason restait totalement immobile, à fixer son reflet comme s'il n'était même pas là. Soudain, il tomba au sol, sans explication évidente, les yeux ouverts et vides. Le bleu prit alors la même teinte que le reste, une absence creuse de couleurs.

D'autres visions, réalistes ou abstraites, prirent ensuite la place de celle-ci. James continuait à trembler sur le sol, ses yeux s'étant ouverts sans rien saisir de la réalité lors de sa vision de Jason. Puis, les images s'éteignirent et la trame sonore mentale se tut.

Des branches, de la terre... La forêt s'était rematérialisée sous le regard de James. C'est ce moment que choisit le foutu nuage pour rendre à la lune sa possibilité de briller.

James serra le bijou dans sa main et, de ce fait, la main de Jason qui était au même endroit. Il tourna vers son ancien ami un regard perdu et encore brillant de toutes les horreurs qui lui avaient été imposées.


-Je... suis désolé...

Il avait conscience d'avoir agi plutôt étrangement et il espérait ne pas avoir trop troublé Jason avec son comportement digne de celui d'un dérangé.

-...Merci...

Avec cette absence de courage qui le caractérisait si bien, James avait détourné les yeux. Ainsi, Jason ne saurait pas s'il le remerciait pour le collier ou pour le réconfort de ses bras durant la première vague de visions. Toutefois, il ne déserra pas sa main.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: These wounds won't seem to heal [Jason] [TERMINÉ] Sam 1 Mai - 3:10

Comme un oisillon qui apprend à voler pour la première fois, alors qu'il est jeté en dehors du nid et qui se doit de se fier à son instinct afin de ne pas s'écraser sur le sol, Jason tentait pour la première fois de sa vie une manoeuvre qui aurait pu lui coûter plus cher que le fait de vouloir aider James. Il était impossible de savoir par quelle force le Badley avait passé pour être en mesure de trouver l'énergie nécessaire à la réalisation de ce qu'il venait de faire. L'instinct de coopération, son envie inplacable d'aider James? Il pouvait bien être la seule personne au monde capable de lui donner une telle force, celle de contrôler à distance quelqu'un qui lui était invisible, pour le pousser à utiliser son pouvoir à un endroit qui n'était même pas à la portée de l'être de lumière. Pour lui-même, Jason aurait été incapable de réaliser un tel exploit, surtout pas en sachant les risques, mais pour son ancien ami, sa pensée pouvait surmonter cette peur, détruire les obstacles, jusqu'à lui faire créer un réel exploit.

La lumière explosa devant eux comme si un feu d'artifice venait d'exploser en forêt. La lumière disparut presque aussitôt, prête à attendre le prochain feu, mais il n'en n'était pas nécessaire. Le bijoux tant recherché avait reluit encore plus puissamment que sous le reflet de la lune, comme s'il était un astre parfait. Sa puissance magique, ou même son coût, se réflétait à travers une force qui était incompréhensible, une force qui entourait le médaillon. Comment était-ce possible de vivre avec un tel pouvoir autour du cou, à quoi cela pouvait-il réellement servir? James s'en était-il muni pour la simple cause Badley, une cause qui était désespérée, perdue d'avance, un échec et mat exécuté avec une facilité monstrueuse. Mais surtout, pourquoi James pouvait-il en avoir tant besoin, là, maintenant? Jason était conscient que son pouvoir pouvait faire défaut, qu'il lui arrivait de réagir mauvaisement, mais plus depuis un certain temps, encore moins depuis une semaine. La déchéance de son pouvoir était presque absente, comme si ses pouvoirs avaient enfin compris qu'ils lui appartenaient, qu'il pouvait les utiliser. Alors il était presque certain qu'il ne posait aucune attaque envers son ancien ami, aucune attaque assez puissante pour lui créer un effet comme celui-ci.

Les hypothèses frappaient la tête de Jason, passant de la plus stupide à la plus logique, passant même par la possibilité que James puisse posséder un quelconque pouvoir, ce qui se résumait à quelque chose de ridicule. Il lui en aurait parlé avant, beaucoup avant. Jason ne lui avait jamais caché, il lui avait exposé la réalité très rapidement après leur rencontre, dès qu'il avait sentit en lui une confiance trop imposante pour l'ignorer et lui caché qui il était réellement. Il était impossible qu'on l'ait trompé autant, qu'on lui ait caché qui était James Harris, qu'on ait osé lui mentir en pleine figure. La trahison avait toujours fait partie de la vie, mais Jason n'était-il pas le premier et le seul à l'avoir exploité entre eux?
S'il avait cru aux sorcières, aux mauvais sorts, Jason aurait proposé que le martirisé souffrait d'une malédiction, d'un mauvais sort. Sinon, il devait être tourmenté par des esprits. Mais reste qu'aucune de toutes les solutions qu'il s'exposait n'était possible, croyable. La seule, pas nécessairement logique, mais possible, était l'idée des pouvoirs, un pouvoir qui le torturait, mais encore là, c'était impossible, il ne pouvait pas lui avoir mentit, n'avait-il pas eu un temps où ils s'étaient fait confiance?
Non, il écarta l'idée. James valait mieux que cela.

Dès qu'il attrapa le pendantif, un vide se créa en le Badley. Il sentit une partie de son âme arrachée, une partie de sa vie et de sa force. Ce qui le composait venait de disparaître, pouvait-il encore exister en Jason après ce contact, cette... humanité? Non, il ne se sentait pas 'normal', 'régulier', il ne se sentait pas lui. Il en eut mal partout au corps, jusqu'à en avoir l'impression que le sang avait cessé de circuler en lui. On venait de lui arracher quelque chose, ou on lui comprimait quelque part en lui. Il se sentait à la fois tellement restraint. On venait de le filtrer. Même s'il préférait ne pas donner ce sentiment à James, il préférait tout de même le voir compressé et vide plutôt que souffrant sur le sol, prêt à s'évanouïr ou à devenir fou. Sa main se porta insctinctivement dans celle de James pour y déposer le pendantif, il y garda la main pour s'assurer qu'il le tienne bien, qu'il soit en contact continuer avec. Mais que pouvait-il bien avoir? De quel espèce de merde était-il victime? Sa volonté de le sauver était grande, mais sa capacité de le faire trop petite. Il ne pouvait que le regarder souffrir et espérer que tout irait bien, il ne pouvait pas le contrôler, l'obliger à oublier cette douleur, il ne pouvait plus le contrôler. Même un être sans aucune morale était capable de s'arrêter. Il avait dépassé les limites, mais il n'en avait aucune pour James.
Puis il reprit enfin ses esprits, le collier était bien effectif sur James...


-Ah, c'est pas grâve, je peux maintenant me consoler en disant que c'est pas moi le plus bizarre de nous deux.

La phrase se voulait à saveur humoristique, mais le ton employé par l'émetteur ne l'était aucunement. Que pouvait bien lui cacher James Harris? Peut-être était-ce nouveau... il aurait au moins cette excuse, il avait pu avoir développé ça pendant la dernière année. S'il avait pris des nouvelles de lui, une seule fois... peut-être tout aurait été plus facile.
Mais James n'aidait pas à rendre cela facile... sa main... foutu connard, ne savait-il pas que... ça c'était pas moral? Il fit comme s'il ne s'en était pas rendu compte, se remit sur deux pattes et le tira pour l'aider à se relever. Dès qu'il fût debout lui aussi, qu'il sembla assez stable, il força à se dégager de son étreinte. Il n'avait plus besoin de support, alors il n'était pas question qu'il ne le touche encore, sachant que la dernière fois qu'il l'avait touché, il semblait prêt à lui rendre d'un seul coup le mal qu'il lui avait fait en le.. quittant?


-Si.. si je peux te poser une question... Tu peux m'expliquer ce qui s'est passé? Et ne me dis pas que c'est rien, ou que ce n'est pas grave... parce que c'est pas normal, ça.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: These wounds won't seem to heal [Jason] [TERMINÉ] Dim 2 Mai - 15:01

Alors même que Jason allait au-delà des limites de ses pouvoirs pour l'aider, James avait cette étrange vision de lui. Il lui arrivait, parfois, d'avoir des images du genre et, lorsqu'elles se réalisaient vraiment, James reconnaissait ce qu'il avait vu et ce que les éléments les plus abstraits avaient pu représenter. Sa vision de Jason était donc comme les autres du même genre. James n'avait pas à s'inquiéter de son aspect plutôt étrange... Seulement, il s'agissait de Jason. De plus, le seul élément certain de la scène qui avait été imposée à James était l'apparence de celui-ci: jeune, beaucoup trop. Il semblait avoir environ le même âge que maintenant, ce qui signifiait que cette mort était prévue pour bientôt. Comment empêcher un destin qu'on n'arrivait pas à comprendre à moitié?

James n'avait pas parlé de son pouvoir magique à Jason. À vrai dire, il l'avait caché à tout le monde, même à Drake, son propre frère. Il avait grandi à ses côtés, ne lui avouant jamais combien de fois il aurait pu mourir s'il ne l'en avait pas empêché. C'était à croire que Drake Harris avait un talent inné pour se retrouver en situation de mort. James ne lui avait jamais même laissé une seule chance de douter. Son pouvoir était trop affreux pour qu'il le partage. Il ne lui aurait attiré que de la pitié et, surtout, n'importe quelle personne au courant aurait été tentée de lui demander comment elle mourrait. Et James ne voulait pas avoir le rôle du messager de la mort. Ce n'était donc pas une question de confiance s'il ne s'était pas confié à Jason sur le sujet. Du moins, il tentait de s'en convaincre... James s'était torturé l'esprit à savoir s'il avouait son pouvoir magique à son ami lorsque celui-ci lui avait parlé des siens. Il avait bien failli le faire, mais cette stupide peur qui l'étrennait lorsqu'il était question de Jason l'avait fait taire.

James Harris était un lâche; il était au courant. Bien sûr, il était prêt aux plus grands sacrifices pour aider les autres, mais il lui arrivait trop souvent de manquer de courage et, à presque toutes les fois, c'était ce qui l'avait empêché de sauver des personnes des morts qu'il avait vues. S'il n'avait parlé de son pouvoir à personne, c'était seulement parce qu'il n'avait pas la force d'assumer les réactions des gens et, en grande partie, parce qu'il ne voulait pas le rendre encore plus réel. Dire les choses les faisaient s'ancrer dans la réalité avec une facilité décourageante. Un secret partagé perdait de sa possibilité de disparaître, de tomber en poussière, de ne jamais avoir existé...

Le collier avait cette particularité de ne pas annuler le pouvoir de James. Il l'empêchait seulement de se manifester sans qu'il le contrôle. Bien sûr, il était comme une chaîne froide et coupante qui étouffait la magie en James, mais il ne l'écrasait pas. Enfin, pas complètement. Quiconque essayait de s'en prendre au jeune homme frappait un mur de vide qui aspirait son attaque. Si une personne touchait directement le collier de James, ses pouvoirs allaient se tapir au fond d'elle, incapables de lutter contre la force magique du bijou. C'était pourquoi Jason s'était senti vidé de ses pouvoirs : le collier appartenait à James et seulement à lui. Il ne servirait à rien à une autre personne.


-Ah, c'est pas grâve, je peux maintenant me consoler en disant que c'est pas moi le plus bizarre de nous deux.

James eut un demi-sourire, comme s'il avait été amusé de la réplique de Jason, alors que ce n'était pas le cas. Il sentait déjà venir les questions qu'il avait tout fait pour éviter et il ne se sentait pas la force de les affronter.

Jason l'aida à se relever avant de dégager sa main de la sienne. Qu'avait-il pris à James de la serrer ainsi? D'accord, il était profondément ébranlé par ce qui venait de se passer, mais était-ce une raison suffisante pour chercher ce type de réconfort auprès de Jason Badley? Heureusement, c'était terminé. James remit le collier en se promettant bien fort de ne plus jamais l'enlever. Plutôt ce gouffre en lui que le retour de ses visions. Plutôt ces étranges effets que la peur de ne pas pouvoir agir. Plutôt cette dépendance que toute l'horreur de son pouvoir.


-Si.. si je peux te poser une question... Tu peux m'expliquer ce qui s'est passé? Et ne me dis pas que c'est rien, ou que ce n'est pas grave... parce que c'est pas normal, ça.

Un peu affaibli par l'attaque magique qui était venue de lui-même, James s'appuya contre un arbre en cherchant quoi répondre à Jason. Lui dire la vérité? C'était trop difficile, trop compliqué, trop... Lui mentir? Il doutait d'en être capable. Il décida donc de résumer le mieux possible, sans trop en dire.

-Écoute... c'est compliqué. Disons juste que ce collier annule certains effets de mon pouvoir magique et...

Allait-il vraiment lui confier toute l'atrocité de ce que la magie lui faisait endurer? Il ne l'avait pas fait alors qu'ils étaient encore amis... Il ne pouvait pas lui montrer une aussi grande confiance maintenant, pas après tout ce qui s'était passé.

-Laisse tomber. Je n'ai pas envie de t'en parler... Merci d'avoir été là... mais j'ai besoin d'être seul.

Puis, en se mordant une lèvre, James détourna la tête en espérant un peu stupidement que Jason se contente de ce qu'il venait de lui servir et qu'il parte. Il ne voulait pas s,expliquer et, surtout, il se sentait incapable d'affronter la déception qu'il venait probablement de créer chez son ancien ami en lui avouant qu'il lui avait caché une aussi grande partie de lui. Décidément, il n'y avait pas que Jason pour atteindre les bas fonds de la déception. James commençait à montrer à quel point il n'était peut-être pas celui des deux qui en avait le moins à se reprocher...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: These wounds won't seem to heal [Jason] [TERMINÉ] Dim 2 Mai - 19:22

James, souriait? C'était quoi son problème? Oui, la remarque de Jason se voulait plutôt drôle, mais avec le ton de voix qu'il avait employé, impossible d'afficher le moindre sourire. Et voilà que Monsieur Harris se le permettait, il affichait son petit sourire plutôt mignon sur le coin de sa lèvre, comme si c'était normal de sourire après ce qui s'était passé. Haha! HA! HAHA! Très drôle James! HAHAHAHAHAHA! Connard.

Il l'avait aidé, mais il ne savait pas pourquoi. Il aurait préféré le laisser languir sur le sol, c'était plus drôle. ÇA au moins c'était drôle. Que ce ait été n'importe qui d'autre, sauf peut-être Sara parce qu'elle est plus jolie que les autres, Jason l'aurait laissé par terre. Aurait peut-être même accidentellement pilé sur sa main, lui aurait donné des coups de pieds dans le ventre, et dans la figure pourquoi pas. Ensuite il l'aurait éventré avec une branche bien solide et pointue, à vif, comme ça. Personne n'était autour de la forêt, il pouvait en profiter. Avec la même branche, il lui aurait coupé l'oeil jusqu'à ce que le liquide en sorte tranquilement et pour éviter que la personne bouge, il l'aurait immobiliser grâce à son pouvoir, pourquoi pas. Ah, et pour s'amuser un peu plus, on écrit nos initiales sur le front de la victime, avec le liquide lacrymal. Eh voilà, le travail aurait été fait!

Mais bon, avec James c'était peut-être un peu différent. Au lieu de le laisser souffrir sur le sol, il l'aida à se relever pour qu'il souffre debout. En plus, c'était beaucoup plus dur pour James de se tenir debout que de rester écrasé comme un sac de patates sur le sol. Le relever comportait donc des avantages, en plus de ne pas devoir lui démolir le poignet pour se libérer de son emprise.


-Écoute... c'est compliqué. Disons juste que ce collier annule certains effets de mon pouvoir magique et...

Il l'aurait étampé dans un mur, directement. Bang! James se retrouverait être une bouillie de James. Il n'y avait pas de mur...
Il l'aurait étampé dans un tronc d'arbre, directement. Bang! James se retrouverait être une bouillie de James. Il était déjà contre un arbre...
Avait-il prévu la réaction de Jason à l'avance? Le connaissait-il assez pour savoir qu'il ne lui restait que quelques minutes à vivre? Et surtout, comment osait-il ne pas continuer sa phrase. Mais quel hypocrite, quel agace, quel...


-Connard

Était-ce un passe-temps que James s'était trouvé de s'amuser à le faire souffrir? Il faut l'avouer, de toutes leurs rencontres, aucune n'avait été très bénéfique pour le duo. Pourtant, il avait essayé de faire des efforts, un peu, surtout des efforts pour le garder près de lui, mais quelque chose était possible. Comme s'ils avaient besoin d'être ensemble, sans en être capable.
Mais le principal problème du moment ne résidait pas dans le fait que James s'amusait à le faire souffrir. Il lui avait mentit, tout simplement. Il avait fait semblant d'être quelqu'un d'autre, lui avait caché quelque chose d'important, qui aurait pu créer un lien plus important entre eux. Qui sait, peut-être ce lien aurait-il empêché que la situation tourne à la catastrophe, peut-être Jason n'aurait jamais utilisé ses pouvoirs sur lui... peut-être? Il aimait bien se l'imaginer, comme s'il pouvait remettre la faute sur James.

Son regard tenta de rester vide tandis que le dégout flottait partout autour de lui. Il l'avait accusé de bien des choses, mais Jason pouvait lui en remettre plusieurs. C'était... décevant... non pire, s'il existe un mot qui veut dire «dégueulasse, affreux, monstrueux, fâcheux, stupide, con, détestable», il va ici. Ses capacités de rester neutre face à James étaient dépassées, il se contrôla, mais en eut beaucoup de mal. Du moins, il se contrôla, pour quelqu'un qui vient d'apprendre qu'il a été trahi.
Euh? Pardon? Pas envie d'en parler? Ah! *Va chier James!*
Finalement, peut-être ne se contrôlait-il plus


-Quant à être seul, t'as qu'à aller rejoindre Marek D'Alambert, tu sais, ce gars plutôt dégueulasse avec qui tu as couché à peu près au même moment où tu as insinué que j'étais une salope. Je trouve ça plutôt déplacé, mais il a l'air de t'avoir aimé, lui.

La force et la froideur avec laquelle il avait prononcé ces mots, l'engagement qui en ressortait et l'envie de lui écraser la tête contre quelque chose lui firent presque peur. Le pouvoir de James consistait-il à frustrer Jason Badley?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: These wounds won't seem to heal [Jason] [TERMINÉ] Mar 4 Mai - 1:37

-Connard.

C'était une manière de le dire. James n'avait pas été très exactement correct en cachant cette partie de lui à Jason alors qu'il avait été son ami. Il avait agi avec une absence assez prononcée de bon sens et, il fallait l'avouer, avec égoïsme. James avait accordé moins d'importance à Jason qu'à sa propre peur de sa réaction à son pouvoir. Lui mentir avait été moins grave que risquer de ternir son image. Bravo, James. C'était plutôt réussi maintenant que Jason savait qu'il possédait un pouvoir magique en plus de réaliser qu'il lui avait menti.

Était-ce de la haine ou simplement une triste déception au fond de la voix de Jason? Peut-être les deux. James savait qu'il méritait d'être détesté, mais il n'arrivait pas à accepter de décevoir Jason. N'avait-il pas l'habitude de passer pour le plus gentil des deux? Souvent, à l'époque où il était l'ami de Jason, des gens lui avaient exprimé leur incompréhension. James était si gentil et Jason si... Jason. Comment pouvaient-ils s'entendre? Au yeux de tous, ils étaient totalement différents; c'était une vérité incontestable. Seulement, le regard d'une foule n'est jamais profond, et il est aveugle aux choses qui se tapissent entre les ombres des faux-semblants. Jason n'était pas aussi monstrueux que beaucoup le croyaient; James le savait. Lui-même, il n'était pas aussi bien qu'on le pensait. C'était un rôle. Un rôle qui commençait à s'user et à l'user.


-Quant à être seul, t'as qu'à aller rejoindre Marek D'Alembert, tu sais, ce gars plutôt dégueulasse avec qui tu as couché à peu près au même moment où tu as insinué que j'étais une salope. Je trouve ça plutôt déplacé, mais il a l'air de t'avoir aimé, lui.

James tourna la tête vers Jason, les sourcils levés et l'air incrédule.

-Veux-tu bien me dire de quoi tu parles?

Marek d'Al...? Il n'avait jamais entendu parler de ce mec. Commençait-il déjà à se dire des rumeurs louches à son sujet, dans cet hôtel où il n'était arrivé que depuis peu de temps? Il n'avait couché avec personne depuis son arrivée... sauf cette jolie brune, un soir où il avait un peu bu. James avait passé une très mauvaise journée, mais vraiment très mauvaise. Il était donc allé au bar, mais sans avoir l'intention de boire beaucoup. Il voulait seulement se détendre au milieu de gens qui s'amusaient. Et il y avait eu cette fille. Il ne savait même pas son nom. Toute souriante, elle lui avait offert un verre et, sans qu'il ne comprenne comment, James s'était retrouvé à moitié saoul et la fille l'avait raccompagné à sa chambre... pour n'en partir que plusieurs heures plus tard. Cette nuit avait été sa seule aventure depuis... assez longtemps.

Alors, d'où sortait cette histoire avec ce Marek? Jason croyait-il vraiment que James pouvait avoir couché avec lui? La dernière, et la seule, fois qu'il avait partagé le lit d'un homme, James avait été sous les effets de la magie, et c'était la seule raison qu'il trouvait pour s'expliquer ce qui était arrivé. En temps normal, il ne faisait pas ce genre de choses. Il n'était pas gay, tout simplement. Ni même bisexuel. Il ne l'était pas, il ne pouvait pas l'être. C'était tout. Peut-être que ses yeux ne pouvaient résister au besoin de chercher ceux de Jason ou de noter à quel point il était parfait, mais ce n'était pas important. James Harris ne voulait pas être attiré par un homme; il ne le serait donc pas.


-Je...j'ai pas couché avec ce Marek, Jason. J'ai couché avec aucun mec depuis...

La nuit de laquelle il ne voulait plus reparler?

-En dehors de toi.

D'ailleurs, pourquoi devait-il se justifier sur ce sujet à Jason? Il n'avait pas à lui rendre de comptes sur sa vie affective. Il faillit bien reprendre cet air dur qu'il commençait presque à aimer lui afficher pour le remettre à sa place, mais il choisit un moyen bien plus subtil qui n'avait aucune raison de fâcher Jason. Sauf s'il n'avait rien à répondre.

-Et je peux savoir en quoi avec qui je couche te dérange?

S'il lui disait que ça ne le dérangeait pas, James lui jeterait un rire sarcastique au visage: il avait bien senti la frustration de Jason. Et il n'arrivait pas à savoir quoi en penser...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: These wounds won't seem to heal [Jason] [TERMINÉ] Mar 4 Mai - 2:55

Connard... ce mot était probablement le plus naturel de tous ceux que Jason pouvait employer quand il voyait James. Il agissait toujours pour lui montrer qu'il le méritait, que c'était un titre qui lui allait bien. Peut-être était-ce un rôle qu'il se donnait, celui d'être le plus à l'aise dans ce que pensait Jason. Au fond, peut-être s'y plaisait-il un peu, de jouer à celui qui pouvait être stupide, à celui qui pouvait être le plus méchant, celui qu'on pouvait détester le plus, celui qui pouvait être pire que Jason? Mais franchement, qui pouvait croire un tel rôle? Même James ne devait pas s'y croire, encore moins Jason et ne parlons pas du reste de la population qui ne peut y croire, en plus de se foutre royalement de ce sujet qui ne valait même pas la peine d'être abordé vu sa stupidité.

Connard... quel mot facile à penser, et soulageant à dire.

Il n'avait pas osé lui parler très fort, il ne tenait pas à l'insulter, pas lui. Marek avait grandement mérité ces insultes, ces mots plutôt désagréables que l'ont ignore et qu'on fait croire à l'autre qu'ils ne nous atteignent pas tandis que l'on risque d'aller y réfléchir très sérieusement dès que l'autre n'était plus en mesure de nous voir. Mais James, méritait-il que Jason lui dise quelque chose comme cela? En avait-il fait assez pour qu'il n'essait même pas de comprendre? La chose qui lui trottait en tête était-elle assez dérangeante pour le rendre plus aggressif que nécessaire? Le Harris n'était quand même pas con, il n'avait pas besoin que son ancien ami verbalise les choses, il savait sûrement encore lire en lui, savoir un peu ce qu'il pensait.

La déception s'envahit rapidement de Jason, comme si une chute de vérité venait de lui tomber sur la tête. «Ce qu'on ne sait pas ne nous fait pas mal», et Jay' n'aurait pas nécessairement voulu savoir la vérité. «Toute vérité n'est pas bonne à dire», pourquoi tant de proverbes pour valoriser le mensonge? S'il n'avait pas existé, la vérité n'aurait pas fait mal au manipulateur, elle aurait été dite dès le début. Au moins, James ne l'avait jamais dénigré sur sa différence, qui se trouvait à être une ressemblance avec lui. Quel égocentrisme de lui avoir caché tout cela, quelle stupidité assez importante pouvait lui avoir empêché d'en parler, ou quel manque de confiance?

Le duo n'avait peut-être jamais été aussi présent que Jason s'était plu à le croire autrefois. Peut-être est-ce que, au fond, tout cela resposait sur une illusion, un manque d'attention que le Badley avait transformé, dans sa tête, en réelle relation. Peut-être que James ne s'était jamais vraiment préoccupé de lui et que tout avait été inventé... peut-être est-ce que James pensait la même chose que tout le monde... Comment avait-il pu y croire s'y fortement?
Peut-être Viktor était-il plus expérimenté en relation finalement...

Puis il osa lui dire ce qui le tourmentait depuis un moment, plus d'une semaine déjà. Il avait besoin de se vider un peu, question de ne pas exploser. Le moins atteint des hommes avait aussi besoin, parfois, d'exprimer des choses. Une statue reste une statue, mais avec une fissure. Et dire que Jason avait plâtré cette fissure, le plâtre ne semblait pas assez solide pour résister au phénomène Harris. Comment pouvait-il la recoller à nouveau sans y laisser de trace, faire comme si aucune craque n'était apparue?
Puis il le regarda avec cet air si... détestable. Il lui avait mentit depuis le début de leur relation, cachant une partie de lui-même, James pouvait-il encore lui mentir? Non, il ne pouvait pas lui sortir cette excuse... mais non, c'était pas son genre...
Et bien oui.


-Veux-tu bien me dire de quoi tu parles?

*CONNARD! T'es le pire de tous, je te déteste, oui James Harris, je te déteste!*

-Oh non non non, tu vas pas me la faire celle-là. Essait de me le cacher tant que tu veux, il est venu m'en parler en personne. Et il a beau être encore plus monstrueux que moi, il ne l'aurait pas inventé, et j'ose le croire.

-Je...j'ai pas couché avec ce Marek, Jason. J'ai couché avec aucun mec depuis...


Depuis quand hein? La semaine dernière? Pas surprenant, après avoir passé sur Marek, disons qu'on ne veut pas vraiment aller voir autrepart en se disant que même un déchet comme lui avait réussit à nous séduire. *Franchement James, c'est pas ta meilleure prise celle-là*. Il lui avait mentit pendant plus d'un an, pas très surprenant qu'il soit encore capable de le faire maintenant. Mais à quel prix? Il avait eut ce qu'il désirait, Jason n'avait plus aucune confiance en lui, il lui porterait rapidement de moins en moins d'attention. Alors pourquoi continuer à mentir?

-En dehors de toi.

Il ne sentit plus sa poitrine battre, elle avait arrêté. Il aurait dû paniquer, mais non. Il resta planté devant lui, le regard presque inquiet, trop inquiet finalement. Se pouvait-il que ce sur quoi il s'était bâsé pour garder une certaine bonne confiance n'existait pas? James n'avait pas touché à d'autres garçons, n'avait jamais touché avant...
Marek ne méritait plus la médaille du plus monstrueux. Sans aucun bonheur, le Badley de la décernait à lui-même. Il avait réellement forcé quelqu'un à coucher avec lui... James en plus. Lui qui avait toujours cru qu'il ne l'avait que aidé à se laisser aller, à montrer un peu plus physiquement ce qu'il croyait que James pensait, il s'était complètement trompé. L'attirance physique n'avait jamais influencé la victime dans sa relation avec Jason, il n'y avait alors jamais même pensé, consciemment ou non. C'était dégueulasse...
Il se sentait sale


-Et je peux savoir en quoi avec qui je couche te dérange?

Mais quelle était cette question? Ce n'est pas le genre de chose à demander à Jason, cet homme sans aucune expérience moyennement valable. Il était jeune, il était célibataire, mais était-il frustré à ce point? Pourquoi de savoir que Marek avait couché avec James le désespérait tant, surtout que maintenant plus rien n'était sûr. Il eut envie de dire beaucoup de choses en même temps, tellement qu'il en resta muet vraiment longtemps. Il ne sût plus quoi dire le millième de seconde après. Déjà qu'il était mélangé avec l'histoire de Marek, comment James pouvait-il s'arranger pour qu'il le soit encore plus? Son regard pointa une racine près du pied de son interlocuteur, comme s'il ne pouvait plus le regarder dans les yeux.
Aux yeux de tous, ils étaient totalement différents; c'était une vérité incontestable.


-Je... désolé James...

«Really truly, I didn't mean to hurt you»

-T'as raison, ça n'me regarde absolument pas... je...

Se pouvait-il qu'il soit capable de laisser tomber? Pouvait-il offrir à James ce qu'il lui avait demandé au début? Était-il capable, réellement, de le laisser aller, sans lui?

-Je vais rentrer... je.. désolé...

«Bonne vie», «désolé de t'avoir dérangé», «ne t'inquiète pas, je ne viendrai plus te déranger»... «Adieu?», quelque chose?
Il se retourna et commença à marcher. Il passa près de trébucher, la fatigue, la faiblesse, la prise de conscience étaient durs à supporter.

Les histoires qui finissent bien sont des histoires inachevées.
La leur était finie...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: These wounds won't seem to heal [Jason] [TERMINÉ] Jeu 6 Mai - 20:07

Jason n'avait pas besoin de parler fort. Si James n'était pas loin, il prêtait attention à chacune de ses respirations, à chaque détail le concernant. Un murmure devenait alors aussi assourdissant qu'un cri, un battement de cils jetait le noir tout autour et un début de sourire promettait le meilleur. Le reste de l'univers devenait inintéressant lorsque Jason était là, et ce, depuis le début de leur amitié. James ne comprenait pas pourquoi son ancien ami avait ce don de faire disparaître le monde autour de lui, même maintenant qu'il l'avait déçu. Logiquement, James aurait dû l'ignorer, ne lui porter aucun intérêt... Seulement, il ne pouvait pas s'en empêcher. Comme il n'avait pas pu se retenir de ramasser ses écouteurs et de les lui redonner à la première occasion. Comme il ne pouvait faire autrement, à ce moment-là, que lui répondre, lui expliquer, alors qu'il aurait dû simplement partir et espérer que Jason se fasse dévorer par les loups. La raison de James s'oubliait elle-même, encore une fois.

Et si ce n'était pas sa logique qui lui dictait de continuer à parler à Jason, de quoi était-il question? De sentiments? En dehors de la haine, la colère et beaucoup de douleur, James ne voyait pas ce que l'autre jeune homme pouvait lui inspirer. Et ce n'était pas ce genre de sentiments qui pouvaient motiver son envie de comprendre Jason, son abandon, et d'espérer imbécilement qu'il ait envie de comprendre, lui aussi. Alors, était-ce le souvenir de ce qu'ils avaient eu, cette amitié étrangement intense, qui était assez puissant pour imposer qu'on le respecte? C'était possible... Jason avait été tellement important, tellement spécial... C'était peut-être assez pour que James n'ait pas arrêté d'avoir besoin de lui. Non... Il ne pouvait pas avoir encore besoin de Jason. C'était trop effrayant. C'était lui donner le droit de lui faire du mal une autre fois.

James avait considéré Jason, à une époque, comme une espèce d'ange qui s'ignorait. Un être merveilleux, encore plus intéressant que les créatures célestes parce qu'il avait des défauts pour rehausser ses qualités, qui s'était déguisé en démon pour que seuls ceux qui arrivaient à le voir tel qu'il était puissent profiter de sa présence à leurs côtés. Là où les autres ne voyaient qu'un goût prononcé pour la méchanceté, James lisait en Jason des émotions que lui-même essayait probablement d'ignorer. Désormais, il savait qu'il s'était trompé. Il y avait plus d'un an qu'il avait commencé à le réaliser et, maintenant qu'il retrouvait ce Jason qui semblait le détester et n'avoir rien à faire de lui, tout était très clair: il n'y avait jamais eu de déguisement. Rien de bien ou de lumineux ne pouvait se cacher en Jason Badley.


-Oh non non non, tu vas pas me la faire celle-là. Essaie de me le cacher tant que tu veux, il est venu m'en parler en personne. Et il a beau être encore plus monstrueux que moi, il ne l'aurait pas inventé, et j'ose le croire.

Mais qui pouvait être ce Marek? Et... Jason lui faisait plus confiance qu'à James? Ce dernier ne pouvait pas lui en vouloir, pas après avoir été forcé de lui avouer cet immense mensonge qui jetait une ombre pesante sur tous ses efforts pour remettre le blâme sur Jason. Il l'avait trahi, au fond, lui aussi... Il ne s'était pas servi de lui, mais il lui avait caché une partie de qui il était. Était-ce moins gave? Une trahison restait une trahison, au fond. Jason avait brisé leur amitié, mais James l'avait mise en péril pendant si longtemps. Si l'autre jeune homme avait appris le mensonge qui lui avait été fait, il n'y aurait eu qu'un seul coupable de cette confiance brisée dont ils traînaient tous les deux des morceaux coupants. Seulement, ce n'était pas le cas. Ils avait tous les deux tort. Il n'y avait que des perdants... James devait supporter, lui aussi, le poids d'une trahison, mais pas celui d'un abandon. Contrairement à Jason.

Ce regard inquiet, ce n'était pas Jason. Que lui arrivait-il? James sentit une espèce d'angoisse monter en lui alors qu'il cherchait au fond des yeux de son ancien ami ce qui pouvait lui causer cette peur qui se diffusait dans le bleu de ses iris. Il n'arrivait pas à comprendre... une fois de plus.

Le silence bourdonnant de la forêt répondit longuement à la question de James. Se pouvait-il que Jason n'ait rien à dire? Il avait même arrêté de regarder l'autre homme dans les yeux, baissant le regard vers le sol.


-Je... désolé James... T'as raison, ça n'me regarde absolument pas... je...

Oui, il avait posé sa question dans le seul but de provoquer Jason, mais il ne s'attendait pas à une réaction du genre. Il semblait si troublé, si triste...

-C'est pas grave...

James avait parlé tout bas, incertain de ce qu'il devait dire. Il se sentait presque coupable des effets de sa question sur Jason. On aurait dit qu'elle avait eu des répercussions douloureuses à l'intérieur de lui, faisant ressortir des faits qui étaient inconnus de James. Au fond, après plus d'un an sans le revoir, après cet abandon, ces mensonges, cette souffrance, que restait-il de leur amitié? Que restait-il du Jason qu'il avait connu? En existait-il encore une partie? Avait-il déjà été réel?

-Je vais rentrer... je.. désolé...

James regarda Jason s'éloigner avec le regard perdu de quelqu'un qu'on viendrait de jeter à la mer lors d'une tempête. Il ne s'excusait pas seulement de partir. C'était plus que ça. Il y avait trop de force et de fragilité dans sa voix pour que ce soit aussi banal. Jason ne s'était jamais excusé à James auparavant... De rien. James n'arrivait pas à saisir ce qui lui prenait ou même si l'importance de ce qu'il venait de dire était réelle. Et il devait savoir.

Il se décolla donc de l'arbre qui l'empêchait de perdre équillibre pour se diriger à la suite de Jason, de mieux qu'il pouvait malgré la sensation d'étouffement mental que ses visions lui avaient laissée. Il parvint jusqu'à lui et il attrapa son bras pour le retenir.


-Tu es désolé de quoi?

Son air vide et froid des derniers jours s'était brisé. On pouvait apercevoir la tristesse et la peur entre ses cassures.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: These wounds won't seem to heal [Jason] [TERMINÉ] Lun 10 Mai - 2:41

James était un peu comme un punching bag. Physiquement, c'était ressemblant puisque tous les deux étaient plus grand que Jason, en plus d'être plus large. Mais c'est psychologiquement que Jason s'amusait à le martiriser, le frapper de plus en plus fort. Il aurait mit des écouteurs et aurait commencé à le frapper de plus en plus fort, jusqu'à s'en briser les jointures s'il le fallait. Il était ce sac sur lequel on pouvait se défouler, vider son sac un peu trop remplit à chaque fois, remplit d'un tas de cochonneries et de conneries, de stupidités et d'inutilités. Il ne comprenait pas pourquoi c'était ainsi, pourquoi James avait naturellement inspiré ce sentiment [oui oui, sentiment] chez Jason, cette confiance qui laissait l'occasion au manipulateur de faire ce qu'il voulait de méchant à l'autre, sachant qu'il était accroché pas trop loin de lui et qu'il reviendrait à chaque.
Parfois, il lui revenait en plein visage et le faisait tomber...

Leur amitié avait été... exceptionnelle pendant un moment. Ça avait duré, puis leur histoire s'était arrêtée, brisant tous les liens entre eux, en créant d'autres presque plus forts, ou alors plus réels.
Jason avait oublié son visage, il pensait à James, ne savait plus à quoi il ressemblait. Le temps avait commencé à faire son travail et avec chance, il aurait eut le temps de faire des heures supplémentaires. Jason aurait été prêt à vieillir deux fois plus vite, ne serait-ce que pour oublier tout, pour que quelqu'un tourne la page à sa place. Il en avait été incapable, personne ne l'avait réellement aidé à le faire. Les nombreuses conquêtes qu'il avait eues, elles ne faisait que lui rappeler son passé. Il rencontrait la personne, couchait avec elle sans problème et après, il lui arrivait souvent de penser à James. Il lui en voulait tellement, comment avait-il pu gâcher autant de soirées?
Maintenant qu'il l'avait revu, que son visage lui était réapparut, il ne faisait que lui faire plus de mal. La distance était meilleure avant, le manque de contact avait été bénéfique, même si sa dépendance avait augmentée. Il avait espérer transformer cette dépendance en autre chose, la refiller à plusieurs personnes et avait presque réussit. Maintenant, il n,y avait plus d'espoir.
Il le détestait tellement...
Presque autant qu'il arrivait à se détester,
presque autant qu'il arrivait à être une démon de première classe.

Ils avaient partagé tant [dont le même lit..], et maintenant la seule chose qu'ils partagaient était le blâme de leur séparation. Si on lui avait dit qu'un jour, James aussi pouvait avoir une partie de leur fin, il ne l'aurait pas crû.
Mais finalement, est-ce que James avait réellement mis en péril leur relation?
Ou alors ne faisait-il que provoquer la fin de tout espoir?
On ne pouvait pas lui faire partager la raison de leur séparation, ce n'était aucune sa faute. Jason s'était fait des illusions depuis longtemps, en avait créé d'autres auxquelles il s'était attaché tant, au point qu'il en avait ignoré inconsciemment le Harris en lui-même. Son égocentrisme était grandiose.
Finalement, ils partageaient une chose
Jason avait mis fin à leur histoire
James s'assurait qu'il n'y aille pas de second tôme.

Eux, n'existait plus. Il n'y avait plus que le Lui, et Lui. Ils n'existaient plus ensemble, même s'ils ne vivaient plus l'un sans l'autre. La vie est faite de hauts, et de bas. Ils avaient été un haut qui n'annonçaient qu'un bas. Ils espéraient tous les deux un peu de meilleur, comme si cela était possible, mais agissaient pour que tout soit de pire en pire. Ils n'étaient pas destinés à se rencontrer, être des amis, ils ne l'avaient jamais été. La vie s'était trompé depuis le début, elle avait oublié de mettre ses lunettes avant de mêler leurs chemins. Ou peut-être avait-elle tenté une expérience; une autre sorte bombe nucléaire. Peut importe la raison, elle s'était trompé, car ils étaient incompatibles; les deux bornes d'une batterie.

Il n'en pouvait plus. L'effort qu'exigeait la présence de James était trop douloureux pour le supporter. Il aurait préféré qu'on l'éventre sans aucun anti-douleur, aucune morphine. Il aurait préféré se faire tatouer l'oeil, être victime d'un fou furieux testant ses limites d'endurance physique que de continuer de parler avec son ancien ami.
La douleur psychologique qu'il engendrait se répercutait sur son physique, il en était tellement faible. Il n'en avait plus qu'assez pour aller se réfugier dans sa chambre.

Il était de dos, il marchait un peu croche, à la façon d'une personne totalement ivre qui essayait de marcher en ligne droite. Il faisait de son mieux pour rester solide, mais ses muscles ne supportait pas le peu de chair qu'il représentait. La peau qu'il sentit contre son bras le remit bien droit alors qu'il essayait tant d'avoir l'air fort lorsque James était proche.
Il ne se retourna pas, il voulait que cette histoire finisse.
Cette fois-ci, il y aurait eu un adieu officiel, une fin qui n'annonçait rien de plus.


-Tu es désolé de quoi?

*Je...de tout, je crois*
Pourquoi pensait-il comme lui?


-De rien... lâche-moi maintenant.

Il n'esseya pas de se déprendre, il le laisserait aller, non? Il ne pouvait pas vouloir le torturer autant?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: These wounds won't seem to heal [Jason] [TERMINÉ] Mar 11 Mai - 21:10

Si James semblait condamné à revenir sans cesse vers Jason, était-ce le cas de ce dernier? Il n'avait pas réussi à l'oublier, au fond. Et il était venu lui parler, ce soir-là, dans la forêt... Même après lui avoir dit adieu, même après lui avoir laissé croire que c'était bel et bien fini, encore une fois. James ne valait-il rien de plus que ce vide que Jason lui laissait à chaque fois? Il semblait qu'il ne ferait jamais que l'abandonner encore et encore. Il ne pouvait pas faire mieux; il ne pouvait pas faire pire. Jason était peut-être incapable de quoi que ce soit d'autre. Il ne voulait pas de James... mais James revenait sans cesse, comme un petit animal qu'on frappe, mais qui ne part pas parce qu'il n'a aucun autre chez soi. Bien sûr, il lui arrivait de répliquer, d'essayer de se défendre en blessant Jason, mais il était tellement moins doué que lui. Peut-être avait-il seulement moins de volonté.

Il n'arrivait même pas à avoir réellement envie de tout oublier, alors que c'était ce qu'il aurait dû faire. Pour son bien, James aurait dû tout faire pour effacer Jason de sa mémoire. Au fond, il en avait besoin...mais il était moins fort que Jason, même moins fort que l'idée de Jason. Celle-ci arrivait à le torturer à distance. James avait souffert alors que son ancien ami était loin de lui, alors qu'il ne savait même pas où il était. Il était mort chaque jour, sans réellement s'éteindre, à ne pas arriver à comprendre ce qui s'était passé pour qu'ils se perdent. Jason l'avait abandonné sans complètement disparaître, et c'était le plus douloureux. Cette absence tellement envahissante. Ce vide qui engloutissait tout le reste. Cette blessure qui ne voulait même pas saigner. Cette déception qui n'avait aucune excuse.

Pourtant, il y avait crû, lui...

Seulement, croire en une chose la rend rarement plus réelle. D'une certaine façon, elle prend vie, mais ce n'est qu'une illusion alimentée par une confiance qui, un jour, peut se briser. Quand elle se brise, ce n'est même pas une fin. C'est plutôt comme s'il n'y avait jamais eu de début. Tout s'emmêle, s'embrouille, s'estompe, s'efface... Et de la force qu'on avait mis en ce qu'on croyait, il ne reste que la poussière des regrets.

Même si Jason partait ce soir-là, James ne pourrait faire autrement qu'attendre de le revoir, que rester suspendu au fil du temps, retenu par les lambeaux des souvenirs qu'ils avaient partagés. Ils le ramenaient à lui sans qu'il arrive à les couper définitivement. James avait essayé tellement de fois de les rompre, mais il en restait toujours un pour faire renaître les autres. Le passé dévorait l'avenir et se moquait bien du présent. Jason pourrait toujours s'enfuir, son passé le poursuivrait, traînant James derrière lui, l'écorchant sur tout ce qui serait sur leur passage. Comment éteindre le passé lui-même?


-De rien... lâche-moi maintenant.

Il mentait. N'avait-il vraiment rien à faire de lui? James ne voulait pas en avoir la confirmation. Pas après avoir passé un an à faire comme si chercher Amber ne voulait pas dire chercher Jason. Seulement... Il ne pouvait le laisser partir sur un mensonge aussi vide.

-Eh bien, moi je suis désolé de...

Son ton n'avait rien de ferme, sa voix tremblait un peu. Sa main s'était désserrée et elle avait glissé sur le bras de Jason, ne tenant plus que mollement son avant-bras. James avait perdu toute force. Et il était incapable d'en dire plus.

James chercha en lui la force de se reprendre, de terminer sa phrase sur quelque chose de très méchant, juste pour essayer de blesser un peu Jason. Il le méritait, non? Mais James n'était pas doué pour ce genre de méchanceté. Et il ne voulait plus être celui qui mentait.


-De tout le mal qu'on s'est fait... Mais puisque tu n'en as rien à faire, je te laisse partir.

La main de James quitta alors le bras de Jason avec une lenteur douloureuse, essayant presque de s'aggriper à lui contre la volonté de son propriétaire. Jason pouvait partir, maintenant, James ne le retenait plus. Ce dernier baissa d'ailleurs les yeux, allant même jusqu'à les fermer pour ne pas voir son ancien ami s'éloigner.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: These wounds won't seem to heal [Jason] [TERMINÉ] Lun 17 Mai - 2:10

Leurs histoire pouvait enfin terminer, après avoir si longuement durer, si longtemps fait mal. La fin, non pas à laquelle tout le monde s'attendait, mais à laquelle il fallait s'attendre était maintenant présente, elle avait enfin surgie du fond, d'entres les lignes. Jason n'avait jamais été bon pour lire entre les lignes, c'est pour quoi il avait toujours eu cette facilité pas à être franc, car le mensonge est un voisin du Badley, mais à dire les choses... des choses en pleine face. C'était lui qui avait provoqué la fin, plus ou moins consciemment. Il savait qu'il voulait que tout cela soit fini le plus rapidement possible, qu'il n'en entende plus parler, que James Harris quitte ses pensées pour toujours mais c'est plutôt son inconscient qui l'avait forcé à jouer si directement avec le drame de la finale. Il ne pouvait être si méchant avec son ancien ami et le vouloir réellement, mais il n'avait pas trouvé d'autre façon de le quitter autre que lui faire du mal. Il ne s'imaginait pas commencer à s'excuser pour finalement lui dire qu'il ne voulait plus le revoir, ce n'était pas du Badley ça.

La montée vers l'apogée de leur amitié n'avait pas été très longue. Dès le début, ils s'étaient bien entendu et vous savez comment le temps passe plus rapidement lorsqu'on s'amuse, lorsqu'on est avec quelqu'un avec qui on est bien. Tout le temps qu'ils avaient passé ensemble parraîssait si loin dès que Jason avait quitté la ville. Comment transformer une personne que l'on apprécie, avec qui il est possible d'avoir une conscience franche, en notre pire cauchemar. La seule idée qui avait alimenté les journées de Jason avait été celle de ne plus le revoir du tout, même pas en photo. Pourquoi alors était-il revenu dans cette ville? Croyait-il y être en sécurité, croyait-il que personne ne le retrouverait ici? Il en connaissaît des gens, des amis de James aussi. Il les avait croisé et avait même dû demander à un en particulier de ne pas dévoiler sa présence à personne. Il avait fait croire à une surprise, une bonne surprise, mais James ne l'aurait jamais.

Le temps où ils avaient été heureux, ou l'avaient semblé, ressemblait à ces étranges visions impossible à contrôler desquelles le voyant avait été victime à plusieurs reprises. Un gros ramassit de pas grand choses, peut-être des couleurs à quelques endroits, mais surtout un gros nuage de brume, un brouillard épais qui s'était déversé sur cette partie de sa mémoire avec la franche idée d'être de plus en plus condensé jusqu'à ce qu'il soit impossible d'y revoir quoi que ce soit. Peut-être la tête de Jason n'était-elle pas assez remplie pour que le brouillard puisse s'épaissir, il devait y avoir tant d'espace.

S'il partait aujourd'hui, ce soir, il ne reviendrait plus. Tout ce qui les unissait, le moindre fil de mémoire qu'il verrait, il le couperait. Il en deviendrait amnésique mais préférait cela à rester suspendu telle un pentin aux menottes que James avait mises entre eux. Comment s'en était-il procuré? Les points faibles de Jason étaient-ils assez évidents pour que le Harris ait été en mesure de l'emprisonner à jamais? Pourtant, le seul point faible apparent n'était-il pas l'être en lui-même? Si on se fit à Marek, la seule façon qu'il avait trouvé de se débarasser de ce qu'il méritait amplement avait été en rapport avec James et rien d'autre.
Jason était-il imperméable à ce point alors?


-De rien... lâche-moi maintenant.

Il ne sait pas s'il se serait crût lui-même. Le mensonge pouvait sembler à la fois si évident, et la vérité pouvait à la fois sembler si pénible à dire. Alors quelle option était-ce, celle que tout le monde veut entendre, ou celle où une minorité se plaisait? Il l'avait dit dans le but de se débarasser de lui pour de bon, sans l'intention de lui faire de la peine. Mais comment se débarasser de quelqu'un d'aussi attaché à soi sans le démolir un peu?
James devait avoir deviné, le mensonge n'avait pas été assez fort. Était-il capable d'être plus méchant encore?


James cherchait ses mots, comme toujours. Hésitait-il entre dire ce qu'il pensait réellement, hésitait-il entre deux suites de phrase ou n'en avait-il aucune idée comme à son habitude? Il préférait la dernière solution, c'était la plus probable et la moins pénible. La main qui glissa le long de son bras suivit le même rythme que les yeux du manipulateur au fur et à mesure qu'il les descendait vers le sol. Il ferma ses paupière plusieurs secondes, ce dernier contact était froid et si faible, un contact de dernière fois. Il n'y avait rien à regretter, cette fin était parfaite.
Mais pourquoi ne pouvait-il jamais faire ce à quoi on s'attendait de lui? Pourquoi parlait-il? Souhaitait-il retarder leur retraite à nouveau? Était-il capable de vivre avec autant de douleur, lui?


Il le quitta, enfin. Le dernier contact était maintenant fini. Il ne restait plus qu'à faire quelques pas vers l'avant, assez pour rentrer à l'auberge et rester de glace face à toute cette histoire. Le conte de fée version Disney avait prit une tournure de vraie conte, de vieux conte où le bonheur et les fleurs ne sont pas présents.
Mais il était incapable de se séparer de lui comme cela. Il se retourna vers James, la tête droite comme d'habitude, les épaules carrées, une posture presque impecable. Le petit soldat avait bien fait ses devoirs, seul ses yeux trahissaient maintenant ce qu'il pensait.


-Je suis content que t'aies enfin compris que j'ai rien à foutre de notre histoire, et de toi...

Il fût incapable de parler à nouveau, et de bouger. Ses jambes allaient céder, son dos aussi, tous les muscles de son corps allaient s'effondrer, dès que James ne le regarderait plus. Ils étaient proches l'un de l'autre, assez pour que la main de Jason ait frôlé celle de son ancien ami lorsqu'il s'était retourné, et il le regardait droit dans les yeux. Il ne devait pas flancher, il fallait que James croit à ses paroles. Il avait envie de se jeter dans ses bras et de lui crier qu'il s'excusait, de le serrer le plus fort possible pour qu'il reste accroché contre lui toujours. Mais il avait parlé, il ne pouvait reculer.
Alors oui, il était capable d'être plus méchant qu'avant
Et il l'avait fait pour fermer le dos de la couverture. Des centaines de pages, enfin terminées.
Pourquoi restait-il des pages blanches
?....
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: These wounds won't seem to heal [Jason] [TERMINÉ] Sam 22 Mai - 18:37

Durant l'année pendant laquelle il avait été séparé de Jason, James n'était pas arrivé à lui en vouloir totalement. Il lui restait toujours l'impression de trahir leur amitié en accordant autant d'importance à ce qui était arrivé avant que Jason disparaisse. Peut-être était-ce de sa faute, au fond, s'il était parti. Avec le temps, celui qu'il croyait son ami devait avoir commencé à voir en lui toutes les failles qu'il arrivait de moins en moins à lui cacher. James n'était pas aussi parfait qu'il l'avait semblé, au départ, et il ne savait pas s'il devait croire que la lente découverte de cette vérité avait pu faire fuir Jason. Il s'était, bien sûr, entêté à se faire croire, en surface, qu'il était la pauvre victime de l'histoire mais, au fond de lui, c'était beaucoup plus compliqué. Jason n'avait peut-être agi ainsi que pour se débarrasser de lui parce que la personne qu'il avait appris à connaître ne correspondait pas à celui qu'il avait crû être son ami.

Avant l'incident qui avait tout embrouillé, la relation de James et Jason était belle. Leur complicité rendait même déjà Amber un peu jalouse. James faisait confiance à son ami, même s'il n'avait pas le courage de lui avouer son pouvoir magique. Il se savait prêt à n'importe quoi pour lui et il croyait pouvoir compter sur Jason pour tout. S'il avait eu de graves ennuis, il se serait tourné vers lui avant toutes les autres personnes autour de lui. Avec Jason, ça ne pouvait pas aller mal.

Seulement, la balance ne peut pas toujours pencher du côté du bien. Cela finit par la dérégler. La nuit qui avait tout changé était venue s'écraser de l'autre côté de la balance et le départ de Jason s'était ajouté à son poids, faisant paraître tout ce qui compensait positivement beaucoup plus petit. Le temps avait presque équilibré le bien et la douleur dans l'esprit de James pour ce qui concernait Jason. Puis, il l'avait revu, il lui avait dit adieu... Et la balance s'était presque cassée sous l'ampleur de la douleur.

Comment Jason pouvait-il être prêt à tout balayer aussi facilement? James le connaissait assez pour voir en lui qu'il n'était pas heureux lorsqu'il lui avait dit adieu. Pourtant, il l'avait bien dit. Il aurait pu essayer encore, s'expliquer... mais il avait choisi de ne plus le revoir, lâchement. N'était-ce pas James, le lâche entre les deux? Parfois, les rôles se mélangeaient. James volait celui du méchant, Jason celui du lâche. Le rideau finirait bien par tomber, mais seraient-ils tous les deux prêts à redevenir eux-mêmes, tout simplement? James ne savait même plus quelle pièce ils jouaient, seulement qu'elle se terminerait mal.

De toutes les personnes au monde, Jason Badley était celle qui avait le plus grand pouvoir sur James. Et la magie n'avait rien à y voir. N'importe qui d'autre agissant de la même manière avec lui serait passé dans la catégorie des gens qui n'en valent pas la peine. Mais pas lui, pas Jason. James avait bien essayé de l'oublier, de vouloir l'oublier, mais il n'y était pas parvenu. Encore ce soir-là, Jason lui sortait des demi-excuses incohérentes et, plutôt que s'en balancer complètement ou, mieux, s'en servir contre lui, James continuait à espérer stupidement qu'ils pourraient arranger un peu les choses. Voilà pourquoi il lui avouait qu'il était désolé de lui avoir fait du mal, alors qu'il avait donné l'impression, auparavant, de penser que Jason était le seul monstre de l'histoire. Il lui ouvrait une nouvelle porte qu'il lui claquerait probablement au nez.

Jason partirait, s'éloignerait de lui encore une fois, avec une impression d'éternité de solitude. Il ne resterait alors pas grand chose à James: les pales souvenirs de temps heureux, les longues heures à se torturer à essayer de comprendre, la peur de revoir Jason, la certitude horrifiante qu'il n'aurait pas de raison d'avoir peur... Sans Jason, il n'aurait que deux choix: l'oubli ou la douleur. Tous deux à des niveaux assez élevés pour l'étourdir, pour lui donner l'impression qu'il pourrait encore sourire et y croire.

Pour que rien ne t'efface,
je garderai le mal,
s'il ne reste que ça...

James releva les yeux quand Jason se tourna vers lui, avec comme le début d'un espoir au fond des pupilles. En voyant sa posture toute droite et son air vide d'émotion, il comprit toutefois qu'il avait tort de croire à une quelconque possibilité que Jason ait envie d'autre chose que de lui faire mal. Il essaya de garder un air implacable, lui aussi, et de rester aussi droit que son corps affaibli par la crise de visions qu'il avait eue le lui permettait.


-Je suis content que t'aies enfin compris que j'ai rien à foutre de notre histoire, et de toi...

Pour une attaque finale, c'en était une assez efficace. James se sentit tomber dans un vide noir qui aspirait toute vie en lui, mais son corps resta droit. Il ne pouvait pas se permettre de montrer ouvertement à Jason à quel point ses paroles lui faisaient plus mal que des dizaines de lames tranchantes lui transperçant le coeur. D'un côté, il savait que Jason ne pensait pas vraiment ce qu'il disait mais, en même temps, il le disait tout de même... Il voulait que James le croie et, puisqu'ils se connaissaient très bien, Jason savait qu'une phrase comme celle-là pouvait atteindre très profondément son ancien ami. Il voulait donc lui faire du mal, directement... pour se débarrasser de lui? Encore?

Très bien. Si c'était ce qu'il désirait, James ne pouvait pas s'accrocher pour deux...


-Alors qu'est-ce que tu attends? Pourquoi tu es encore ici, à me parler? Pars, si c'est ce dont tu as tellement envie, et laisse-moi seul... Mais, je t'en prie, arrête de me sortir des mensonges vides auxquels on ne croit ni l'un ni l'autre.

Sa voix avait été un murmure vociférant. Ses yeux s'étaient mis à luire, mais il ne les avaient pas décrochés de ceux de Jason. Son corps était resté droit, mais ses mains étaient allées se terrer dans les poches de son jean, de peur de trembler devant lui, de peur d'être frôlées à nouveau. Qu'il parte, qu'il parte enfin, puisque plus rien ne comptait, que rien n'avait compté...

Et plus rien, maintenant, n'aurait vraiment d'importance.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: These wounds won't seem to heal [Jason] [TERMINÉ] Ven 28 Mai - 12:44

Durant l'année pendant laquelle il avait été séparé de James, Jason n'était pas arrivé à s'en vouloir totalement. S'il y avait pensé plus longtemps, il aurait été facile de s'en vouloir, de se sentir coupable de ce qui était arrivé. Mais comme toute chose sentimentale, Jason l'avait évité du mieux qu'il en avait été capable, se disant que James n'avait été qu'une petite page de son histoire, que quelqu'un d'autre le remplacerait facilement. Il avait aussi pensé que son ancien ami était tellement simple que vraiment n'importe qui aurait pu le remplacer, mais même sa simplicité ne l'avait pas rendu remplaçable, comme si le monde ne regorgeait pas d'une multitude de gens simples. En fait, oui, il en avait trouvé plusieurs des personnes simples, mais toutes ennuyantes. Comment James arrivait-il à être intéressant et si ordinaire à la fois?
Peut-être était-ce une autre sorte de simplicité... derrière la carapace que possédait James aussi, Jason avait réussit à en voir plus que la plupart des gens. Peut-être était-il aussi compliqué que Jason finalement, c'était probablement cela qui avait fait en sorte que personne n'avait pris sa place, il était compliqué au bout du compte.

Est-ce que fuir un passé dont on ne veut rien savoir, un passé qui ne tourne autour que d'une seule personne, est considéré comme de la lâcheté. De revoir James l'avait atteint, trop pour qu'il le laisse entrer à nouveau dans son existence. Elle était assez moche comme ça, pas besoin de l'avoir dans les parages en plus. Il lui avait dit adieux pour qu'ils ne se revoient plus, que leurs chemins puissent se croiser mais restent ceux de deux inconnus. Il lui avait dit adieux et même s'il lui avait fallut utiliser toute la force qu'il avait, il l'avait fait. Il préférait souffrir un bon coup et ne plus le revoir que de le revoir, et souffrir petit à petit. Alors, était-ce de la lâcheté toute cette automutilation?

La seule chose que le Badley réussissait à trouver triste dans cette histoire, c'est la provenance de son dégoût de James. Il trouvait le moyen de lui en vouloir, énormément, et sa victime n'avait probablement aucune idée du pourquoi. Après tout, qu'avait-il fait de concret? Oui, de le retrouver et de l'avoir côtoyé à nouveau, il lui en voulait pour cela, mais il lui en voulait avant tout cela. La raison, c'est que James ne l'avait pas prévenu. S'il lui avait dit dès le départ, dès qu'ils s'étaient rencontrés, le manipulateur aurait évité qu'ils apprennent à se connaître davantage, mais non, James ne lui avait pas dit, personne ne lui avait dit. Il lui en voulait tellement de le rendre si humain, de lui faire ressentir tant de choses. Il lui en voulait d'être aussi gentil, inconscient, persévérant, attachant, attaché et aussi beau au point où Jason arrivait à le désirer encore aujourd'hui. Avec le temps, il finirait par le tuer, quelqu'un comme lui ne méritait pas de vivre.

«Bang Bang, I shot you down
Bang Bang, you hit the ground
Bang Bang, that awful sound
Bang Bang, I used to shoot you down»

Le pouvoir qu'il possédait sur James, il en était conscient. Il ne savait pas si tout le monde avait aujourd'hui le même pouvoir que lui, celui de le contrôler aussi facilement, mais lorsqu'ils s'entendaient encore bien, le plus jeune avait eu conscience qu'il était le seul à faire presque tout ce qu'il voulait de lui sans utiliser ses pouvoirs. Aujourd'hui, s'il en abusait encore et qu'il arrivait à faire des choses que nul autre n'était capable de lui, il ne le faisait pas exprès. En être conscient, il en aurait peut-être abusé davantage, mais il agissait avec lui comme il l'aurait fait avec la plupart des autres, avec un peu plus de contenu et d'intéressement, mais bon...

Toujours comme le con qu'il était, Jason restait planté devant lui comme s'il voulait se trahir lui-même. Ce qu'il dit, il n'y réfléchit même pas avant, il ne pouvait pas hésiter et montrer à James qu'il pouvait encore avoir un quelconque intérêt envers lui. Il ne pouvait pas dire des choses comme ça, et encore rester là comme il le faisait, mais il ne savait plus comment le quitter. Il n'était pas juste avec lui, il méritait peut-être des explications, mais il ne pouvait pas lui en donner et d'un certain côté, il ne le méritait pas, pas après lui avoir fait tant d'effet dans le passé.

James gardait la même position, droit. Peut-être avait-il réussit... peut-être Jason avait réussit à se faire détester finalement. Pour se débarrasser de lui, se rendre détestable était une façon très efficace et même s'il ne le désirait absolument pas, c'était une solution que son inconscient avait trouvé.


-Alors qu'est-ce que tu attends? Pourquoi tu es encore ici, à me parler? Pars, si c'est ce dont tu as tellement envie, et laisse-moi seul...

Enfin, ils ne se reverraient plus.

-Mais, je t'en prie, arrête de me sortir des mensonges vides auxquels on ne croit ni l'un ni l'autre.

La vérité n'était pas meilleure.
Un silence... un autre. C'était toujours comme ça que ça finissait entre eux. Pourquoi Jason ne pouvait-il pas simplement quitter, là, avant le silence?


-... Merci James

Ah mais FERME TA GRANDE GUEULE! T'en n'a pas assez de le faire souffrir? Tu voulais être certain que c'était fini ou quoi?

Il se décida enfin, les genoux tremblants, à se retourner et à se détacher de son regard. Il lui avait fait du mal, il l'avait vu à travers ses yeux. Les quelques pas qu'il fit lui parurent trop lourds pour son peu de forces, mais sa fausse volonté lui permit de faire des pas vers l'hôtel. Peut-être serait-il incapable de s'y rendre, mais il s'y dirigeait...



hj: Pour moi, c'est terminé si James vient pas lui courir après à nouveau :P Il est genre à 4 ou 5 pas de lui, c'est pas trop loin.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

* * * * * * * * * * * *
Invité


MessageSujet: Re: These wounds won't seem to heal [Jason] [TERMINÉ] Mer 9 Juin - 20:11

James avait longtemps nié à quel point Jason comptait plus que... bien des choses. Il avait essayé de se convaincre qu'il pouvait facilement se passer de lui, que ce n'était qu'un ami au même titre que tous les gens qui passaient dans sa vie sans vraiment s'y accrocher, qu’il finirait par partir, comme tous les autres, sans que ça ait vraiment d’importance. Toutefois, il n'avait pas pu ignorer bien longtemps que Jason était spécial, mais il avait essayé de ne pas trop s'en formaliser. Il l'avait pourtant laissé prendre plus de place, trop de place, dans sa vie. Et il était parti...

S'il est vrai qu'on se rend compte de l'importance d'une chose ou d'une personne en la perdant, James n'en était pas à sa première prise de conscience avec Jason. Ce dernier était parti sans explications après avoir asséné un solide coup de poing dans la gueule de leur amitié, un peu comme s'il n'en avait rien à faire... ou comme si, justement, il tenait vraiment à se débarrasser de James. Puis, alors qu'il avait eu une chance de s'expliquer, ce cher Jason avait préféré dire adieu, laisser son ancien ami s'étouffer avec ce qui aurait pu persister de ce qu'ils avaient vécu. Encore ce soir-là, Jason partait, et James n'était pas assez fort pour se convaincre qu'il n'avait aucune importance. Il était en miettes et il n'espérait personne pour le recoller. De toute manière, il devait bien lui manquer des morceaux, depuis le temps...

C'était peut-être enfin la dernière fois; peut-être que Jason ne reviendrait plus. James le souhaitait vraiment. Si retrouver son ancien ami voulait dire le perdre à chaque fois, à quoi bon essayer encore? Le mince espoir de réparer un peu ce qui était arrivé, de comprendre, ne valait pas de se briser toujours un peu plus... Comme si James n'était qu'un pantin de porcelaine qui éclatait à chaque fois qu'il s'approchait trop d'un Jason qui immitait le marbre à la perfection. Il n'était pas de taille. Et un jour, il en aurait marre de se sentir se détruire de l'intérieur. C'était pourquoi James croyait que ce serait mieux si Jason ne revenait jamais, s'il partait pour ne devenir qu'une image floue d'un passé terni et usé.

Mais le fait était que James ne voulait pas que Jason disparaisse encore. Oui, c'était plus simple, à première vue. Il souffrirait atrocement sur le moment plutôt qu'endurer l'étrange douleur que le seul fait de le regarder lui causait. Seulement, ce n'était pas si simple... Une fois Jason parti, la douleur ne s'évaporerait pas totalement. En plus d'un an, elle était restée présente, sans être visible, et il n'y avait pas de raison pour qu'un nouvel abandon l'éteigne. Elle resterait encore là, d'une certaine manière. Il y aurait toujours cette horreur latente qui se collait à son âme, ou à ce qui en restait après tous les bouts qu'on lui avait arrachés, cette horreur invisible, imperceptible... Un noir hérissé de larmes retenues qu'on ne devinerait qu'à moitié, entre deux reflets mensongers au fond du regard de James.

Avec le temps, Jason finirait par le tuer, petit à petit, comme s'il ne méritait pas de vivre... Mais pourquoi semblait-il autant le détester? James ne se souvenait pas d'avoir essayé de lui faire du mal. Enfin, pas avant qu'il ne parte... Jason lui en voulait-il parce qu'il lui avait dit qu'il ne comptait plus pour lui alors que le mensonge criait de lui-même son imposture? C'était un bien mince argument pour justifier un nouveau départ et, surtout, cette étrange haine que son ancien ami semblait vouloir à tout prix lui prouver. James devait-il se sentir coupable d'avoir fait confiance à Jason? C'était bien connu: il fallait se méfier de Jason Badley. Alors, en croyant vraiment en lui, James avait peut-être trahi une partie de son ancien ami en brisant le mur sur lequel tous les autres s'étaient frappés auparavant. Oui, il avait crû en Jason; il lui avait fait confiance. Et même après avoir été déçu, trahi et abandonné, James n'arrivait pas à éteindre ce foutu espoir de ne pas avoir eu tort. Il était pathétique, mais il ne savait pas être autrement.

James eut envie de combler le silence qui suivit ses paroles en criant n'importe quoi, juste pour blesser ce Jason qui ne prenait même pas la peine de lui répondre. Il peinait à rester droit, sous le poids de tous ces mots qu'il n'arrivait pas à trouver, encore affaibli par sa crise de visions. Il avait peur de tomber devant Jason. Et si ses jambes lâchaient, trop épuisées d'être forcées à se tenir droites alors que l'énergie leur manquait? James se retrouverait au sol, au milieu d'une forêt dans laquelle Jason le laisserait certainement moisir tout seul. Il devait donc chercher en lui toutes les forces qui lui restaient pour ne pas tomber. Jason partirait; il savait qu'il ne pourrait pas l'en empêcher. Seulement, s'il était debout, il pourrait essayer de se faire croire qu'il n'était pas aussi détruit.


-... Merci James

Léger chancellement. Comment osait-il le remercier? James ne devait pas y penser. Il devait se concentrer sur ses jambes et, surtout, écraser au fond de sa tête les paroles de Jason, et même tout ce qui concernait Jason. Ne pas y réfléchir. Essayer d'oublier, déjà, alors qu'il commençait à peine à se retourner. Laisser les images glisser sur sa conscience en s'efforçant de les empêcher de s'accrocher... même en sachant qu'elles s'y graveront quand même. Étouffer le présent avant qu'il ne devienne le passé. Arrêter d'exister, pendant un moment, pour espérer vivre un peu après...

Jason partit donc sous le regard vide d'un James qui s'était réfugié dans une sorte de demi-conscience. Les yeux du jeune homme ne reprirent un peu de vie, très peu, qu'un bon moment après le départ de Jason. Il n'essaya pas de le rattraper. Après tout, il l'aurait encore perdu. Il ne ferait jamais que cela; et toujours avec plus de douleur. De toute manière, ses jambes l'avaient lâché depuis plusieurs minutes et il était à demi écrasé sur le sol, sans envie de se relever. Son visage était tourné vers le ciel et ses yeux étaient vides d'étoiles. Il aurait dû essayer de rentrer à l'hôtel, retourner en sécurité, mais aucun endroit ne lui semblait chaleureux. Il resta donc dans la forêt, n'attendant rien en particulier; espérant vaguement une meute de loups, ou un quelconque monstre affamé. Il n'avait pas peur. Il était déjà mort. On ne pouvait pas lui faire plus de mal que Jason...


[Non, il ne le suit pas!!! Jason est TROP méchant. ;) ]
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

* * * * * * * * * * * *



MessageSujet: Re: These wounds won't seem to heal [Jason] [TERMINÉ]

Revenir en haut Aller en bas

These wounds won't seem to heal [Jason] [TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Union Life :: Hors-Jeu! :: Les Archives :: RPs terminés-